Le maire de Toulouse venu arracher lui-même une affiche peu glorieuse à son image sur le théâtre de la Cité

Jean-Luc Moudenc en personne a été vu et filmé en train d'arracher directement des affiches des occupants du théâtre de la Cité à Toulouse. Ces derniers ont diffusé la vidéo sur les réseaux sociaux. Les exemplaires retirés par le maire le mettait en cause sur sa gestion du monde culturel.

Pris sur le fait par un occupant du théâtre, il s'en est suivi une légère altercation sans violence.
Pris sur le fait par un occupant du théâtre, il s'en est suivi une légère altercation sans violence. © TV Bruits

Ils ne s'y attendaient pas. Jean-Luc Moudenc a été aperçu en train d'arracher une partie des collages et affiches que les occupants du théâtre de la Cité avaient disposé à la vue du public.

Le premier édile de Toulouse s'est ensuite dirigé, avec son exemplaire d'affiches en main, vers une voiture qui l'attendait un peu plus loin. Juste le temps d'être interpellé par l'un des occupants du théâtre. 

Légère altercation 

Jean-Luc Moudenc n'a pas été loquace sur les raisons de son acte dans l'extrait publié hier par TV Bruits, une télévision associative.

"- Monsieur Moudenc, on peut savoir pourquoi vous arrachez l'affiche ? 
- ...
- Vous n'osez pas répondre ? 
- Je vous souhaite une très bonne après-midi", a répondu le maire de Toulouse.

Occupation du Théâtre de la Cité à Toulouse from Tv Bruits on Vimeo.

Mis en cause directement

Semble-t-il que le maire n'a pas apprécié être personnellement mis en cause dans la gestion du monde de la culture à Toulouse. Sur les affiches retirées par Jean-Luc Moudenc, son visage apparaissait directement, sous un slogan peu glorieux à son image.

L'affiche arrachée par Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse
L'affiche arrachée par Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse © TV Bruits

Taxé d'empoisonneur de la culture, le maire de Toulouse se défend pourtant de s'être associer au courrier de la présidence de France Urbaine adressé à la ministre de la Culture Roselyne Bachelot. 

Dans celui-ci, il soutient la réouverture des lieux culturels et demande de reconduire l’année blanche pour les intermittents du spectacle.

"Je me suis fait symboliquement plaisir"

Jean-Luc Moudenc a expliqué ce geste le lendemain par voix de presse, au quotidien 20 minutes. 

Je passais là par hasard et ce fut donc un geste spontané. Une distraction comme je l'ai dit avec humour à un contestataire qui m'interrogeait en me filmant. Sur le fond, je milite depuis des semaines pour la réouverture des lieux culturels avec jauges et précautions sanitaires. Logiquement, j'approuve donc le mouvement de protestation touchant les théâtres et, comme responsable de la collectivité propriétaire du Théâtre de la Cité, je n'ai rien fait pour la contrarier. C'est pourquoi mon respect de la liberté d'expression ne peut être mis en doute. C'est pourquoi aussi le fait qu'une affiche me désigne comme cible avec un slogan accusatoire est donc dénué du moindre fondement objectif. Je me suis fait symboliquement et spontanément plaisir !

Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse

Depuis ce 12 mars au matin, environ 200 occupants réclament notamment, l'abrogation de la réforme de l'assurance chômage la réouverture des lieux artistiques et salle de spectacle. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture