• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : le Karnage club, une salle de destruction massive

10 minutes pour tout casser... / © France 3 Occitanie
10 minutes pour tout casser... / © France 3 Occitanie

A l'instar de Nice, Paris, Lille, la ville rose dispose désormais de sa "salle de casse". Le Karnage club propose, moyennant finances, de tout fracasser (assiettes, mobilier, ordinateurs) dans un espace dédié, et en musique.

Par Marie Martin

Qui n'a jamais rêvé de "tout casser" : le service (moche) en porcelaine de Limoges, l'imprimante récalcitrante, la trompette en plastique du petit dernier, la télévision du voisin ?

Ce qui est toujours déconseillé en milieu privé ou au grand jour est désormais autorisé dans des lieux dédiés. Les salles de casse, c'est leur nom, viennent des Etats-Unis (via le Japon) et ont déjà conquis la France. Toulouse vient de s'en doter : le Karnage club a ouvert ses portes mi-novembre. 

Le principe est simple : moyennant 15 euros (ou cent si on aime casser en groupe), et à condition de s'équiper pour ne pas se blesser, vous pouvez, à l'aide d'une batte, fracasser pendant dix minutes, le matériel mis à votre disposition : vaisselle, ordinateurs, chaise, etc.

Le tout étant déjà bon pour la déchetterie, il faut le préciser. Le directeur du Karnage, Guillaume Fauré, les récupère dans la rue ou dans les entreprises grâce à un partenariat avec une société informatique pour tout le multimédia. 

L'effet défouloir est garanti et une fois la crise de nerfs passée, les débris sont sagement ramassés puis acheminés vers le recyclage. On casse, certes, mais proprement...

Nicolas Metauer, de France 3 Occitanie, est sorti indemne de la toute première séance du Karnage club de Toulouse : 
 
Toulouse : le Karnage club, une salle de destruction massive


 

Perpignan : les Restos du Coeur proposent des petits-déjeuners aux plus démunis

Les + Lus