• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : une lacrymo tombe dans leur jardin, grosse frayeur pour des habitants du centre-ville

Le palet a diffusé le gaz lacrymogène dans le jardin de l'immeuble / © France 3
Le palet a diffusé le gaz lacrymogène dans le jardin de l'immeuble / © France 3

Lors du 23ème samedi de manifestation des Gilets jaunes, des habitants du centre-ville ont vu un palet de grenade lacrymogène atterrir dans leur jardin. Plusieurs personnes présentes ont été asphyxiées. 

Par Fabrice Valery

Chaque samedi depuis des mois, les habitants du centre-ville de Toulouse sont, au mieux, gênés par les odeurs de lacrymogènes, voire les fumées d'incendies de poubelles ou de mobilier urbain. 

Ce 20 avril, des habitants d'un immeuble d'une petite rue à proximité du boulevard de Strasbourg ont eu droit à une toute autre frayeur.

Alors que les policiers tiraient, sur les boulevards, des grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants, un palet est tombé dans le jardin à l'arrière de l'immeuble. 

Grosse frayeur particulièrement pour la famille qui habite en rez-de-jardin : 

C'est quand même hallucinant. La grenade a du rebondir sur le toit. Cela aurait pu causer un incendie si c'était tombé sur la bâche ou sur la cabane en bois dans le jardin. Les personnes présentes ont eu très peur.

Au moment où le palet est tombé dans le jardin, la jeune fille de la famille se trouvait là avec deux de ses amies. Le gaz s'est immédiatement diffusé et les trois jeunes filles ont été prises dans les gaz. 

Elles ont surtout eu une grosse frayeur. 

Tirées en cloche, les grenades lacrymogènes sont constituées d'une coque qui, une fois en l'air, libère plusieurs palets qui, en touchant le sol, diffusent le gaz lacrymogène. 

Ces palets sont en combustion et diffusent alors une forte chaleur. Il arrive que ces projectiles brûlent des personnes qui les touchent, voire, sous l'effet de la chaleur, peuvent propager un incendie. 

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus