• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : le cri d'alarme du père d'un enfant autiste

Marc Harduin, avec son fils autiste Hugo / © France 3 Midi-Pyrénées
Marc Harduin, avec son fils autiste Hugo / © France 3 Midi-Pyrénées

Le père d'un enfant autiste de l'agglomération toulousaine lance un cri d'alarme. Son fils âgé de 6 ans ne peut pas suivre une scolarité classique, mais par manque de place et de moyens, il est exclu de tout système éducatif

Par VA.

Il est âgé de 6 ans et devrait donc, légalement, être scolarisé. Mais Hugo, dont l'autisme a été diagnostiqué officiellement il y a deux mois, n'est jamais allé à l'école.

Hyper actif, il ne tient pas en place et a, pour l'heure, acquis le niveau de langage parlé d'un enfant de 2 ans. L'Education Nationale, en raison de manque de postes d'assistants de vie scolaire nécessaires à la prise en charge des enfants autistes dans les classes, n'a pas été en mesure d'offrir une place à Hugo. Depuis 2013, cet enfant est sur liste d'attente pour intégrer un Institut médico éducatif, mais aucune place ne se libère.

Du coup, le père d'Hugo, qui gagne 1300 euros par mois, lance un cri d'alarme. "Je me sens abandonné par l'Etat et les politiques", explique-t-il. Dans l'attente d'une solution, il confiait jusqu'à présent son enfant à une assistante maternelle, aidé par une allocation qu'il ne perçoit plus depuis les 6 ans de l'enfant. Car à 6 ans, en France, l'école est obligatoire.

En vidéo, le reportage de Youshaa Hassenjee et d'Eric Foissac :
Aucune prise pour Hugo, enfant autiste de 6 ans

Sur le même sujet

Sète : l’air pollué aux particules fines par les bateaux de croisière

Les + Lus