Toulouse : les agents d'entretien de la clinique de l'Union se mettent en grève afin de faire reconnaître, enfin, leur travail

Publié le
Écrit par Sylvain Duchampt
L'une des missions des agents d’entretien dans les établissements de santé est de nettoyer les chambres des patients.
L'une des missions des agents d’entretien dans les établissements de santé est de nettoyer les chambres des patients. © MAXPPP

Depuis mardi 9 novembre, les agents d'entretien du service hospitalier de la Clinique de l'Union (Haute-Garonne) près de Toulouse sont en grève. Essentiels durant cette crise sanitaire, ils ne bénéficient pourtant pas des avantages des autres salariés de l'établissement. Ils veulent que leur travail soit reconnu.

Depuis mardi 9 novembre, 14 heures, les agents d'entretien du service hospitalier de la clinique de l’Union (Haute-Garonne), près de Toulouse, ont cessé le travail. Ces salariées de l'entreprise de sous-traitance propreté (SAMSIC) ont décidé de se mettre en grève.

Plus que des femmes de ménage

"Elles demandent la reconnaissance de leur métier et de leur travail, explique Henri Célié de Sud Solidaires Nettoyage. Elles dépendent de la Convention Ménage alors qu'elles font beaucoup plus. Elles servent notamment les repas aux patients. Elles effectuent en réalité un travail d'Agent des services hospitaliers (ASH) sans le statut." Et sans le salaire.

Toutes payées au SMIC, elles ne bénéficient pas des avantages de restauration des autres salariés de la clinique et non pas obtenues la prime Covid, car non reconnues comme personnel de santé.

"Pourtant, leur travail est essentiel pour lutter contre le Covid, souligne Henri Célié. Elles ont été sur le pont, sans interruption, avec une pression encore plus grande sur les actes d’entretien et les repas des patients."

Un sentiment de mépris

Une absence de reconnaissance vécue encore plus comme un "véritable mépris" de la part de la direction depuis le début du mouvement de grève.

"La direction n'a pas cru qu'elles partiraient en grève. Elle l'a d'ailleurs exprimé avec des propos désobligeants. Mais le pire est que, pendant qu'elles négociaient, des salariés d'autres cliniques du groupe Ramsay et des intérimaires ont été embauchés pour assurer leur travail durant la grève. Ce qui est totalement illégal" assure le représentant de Sud Solidaires Nettoyage.

La grève est à nouveau reconduite jeudi 11 novembre.


En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.