Près de Toulouse, la maire de Pechbonnieu s'insurge : les jeunes se font livrer de l'alcool sur la place du village

La maire de Pechbonnieu a pris elle-même cette preuve photographique. / © Facebook / Sabine Geil-Gomez
La maire de Pechbonnieu a pris elle-même cette preuve photographique. / © Facebook / Sabine Geil-Gomez

Pas de contrôle d'identité ni d'état alcoolique : sur la place centrale de Pechbonnieu des jeunes se font livrer de l'alcool la nuit tombée. Témoin de ces faits, la maire Sabine Geil-Gomez dénonce ces pratiques illégales sur les réseaux sociaux, photo à l'appui.

Par Yann-Olivier d'Amontloir

La livraison d'alcool à domicile : oui, c'est autorisé par la loi, mais le vendeur-livreur doit s'assurer que l'acheteur ait l'âge de la majorité.
La vente "à la sauvette", à l'arrière d'une voiture qui vient se stationner en place publique pour distribuer des bouteilles d'alcool à ceux qui ont passé commande, sans le moindre contrôle de l'âge, ni de l'état alcoolique de l'acquéreur : non, c'est illégal !

Livraison nocturne à la vue de tous

C'est pourtant ce que dénonce la maire de Pechbonnieu : témoin de cette scène à la nuit tombée, sur la place centrale de son village, Sabine Geil-Gomez a choisi de dénoncer ces pratiques, et les risques qu'elles font courir à la jeune clientèle, parfois mineure.
Elle a publié un post sur Facebook, illustré par une photo prise avec son smartphone en guise de preuve.
 
Une voiture qui se stationne à la vue de tout le monde, un chauffeur qui ouvre son coffre, des jeunes qui font la queue, qui règlent leur commande en espèces ou par carte, et repartent avec une bouteille d'alcool, quand ce n'est pas avec une poche pleine... La scène a paru surréaliste au premier magistrat de la localité.

Dans notre société, on est libre de se faire livrer l'apéro à domicile, mais sur une place publique ou au stade, sans contrôler l'âge ou l'état alcoolique, je trouve que c'est inacceptable

déclare Sabine Geil-Gomez, maire de Pechbonnieu.
Contactées par notre équipe de reportage, 3 sociétés de livraison d'alcool à domicile de la métropole toulousaine ont refusé de se déplacer sur un lieu public, et ont demandé à vérifier l'âge de l'acheteur.

Une activité en plein développement

Cependant, un dirigeant de la société "Apéro Toulousain", la plus ancienne de la place avec 10 ans d'existence, reconnait qu'au sein de la concurrence - qui s'est multipliée depuis quelques mois - certains ne sont pas toujours aussi regardants.
Pourtant le danger est grand : plus on commence à un jeune âge, à consommer de l'alcool, plus les conséquences peuvent être graves.
Selon le Dr Christian Barrière, chercheur spécialiste en addictologie, le cerveau humain ne finit véritablement de se former qu'à l'âge de 25 ans.

Un risque de séquelles

Avant cette pleine maturité, la consommation d'alcool va perturber cette croissance et peut entraîner des séquelles intellectuelles et psychologiques.
Plus cette consommation sera précoce, plus ces séquelles peuvent être graves.
Frappée par la scène dont elle a été le témoin, la maire de Pechbonnieu a relayé l'information à la gendarmerie.
Elle estime que c'est au préfet de prendre les mesures qui s'imposent.
 
Pechbonnieu : la maire dénonce la livraison d'alcool aux jeunes sur la place du village

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus