• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse : le manque de lits à l'hôpital inquiète les syndicats en cette période de fortes chaleurs

Le manque de lits à l'hôpital à Toulouse inquiète les syndicats en cette période de forte chaleur / © P.Pavani/AFP
Le manque de lits à l'hôpital à Toulouse inquiète les syndicats en cette période de forte chaleur / © P.Pavani/AFP

Le CHSCT, Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail, de l'hôpital de Toulouse alerte sur le manque de lits disponibles, en particulier en gériatrie, alors que l'épisode de canicule se renforce et devrait durer jusqu'à la fin du week-end.

Par Marie-Eve Constans

Sur 2055 lits au total, seuls 66 étaient libres ce mardi matin, tous services confondus, aucun en gériatrie.

Une situation critique qui se combine au manque de personnel récurrent chez les soignants. L'inquiétude monte, notamment aux urgences : "nous n'avons aucune marge de manoeuvre", dénonce Pauline Salingue, du CHSCT à l'hôpital Purpan à Toulouse, qui précise que la situation est inquiétante, alors que la canicule s'installe sur la région.

"En gériatrie, il n'y a aucun lit disponible, alors que les personnes âgées sont parmi les plus vulnérables lors des fortes chaleurs", déplore le CHSCT.

Du côté de la pédiatrie, 14 lits sont disponibles. "Il en faudrait une cinquantaine pour soigner les enfants correctement", estime Pauline Salingue.

Ce manque de lits fait craindre aux personnels soignants que l'attente aux urgences s'allonge et que les services soient obligés de renvoyer certains patients chez eux, plus tôt que prévu. 

Pas d'inquiétude pour la direction

Faux, répond la direction, selon laquelle un flux tendu en service de gériatrie est naturel.

"Entre 4 et 7 sorties sont réalisées par jour, pour recevoir autant de nouveaux patients. C'est un flux continu", précise Valérie Pons-Prêtre, secrétaire générale du CHU.

Elle précise aussi que les personnes âgées peuvent être réparties sur d'autres services, selon leur pathologie (cardiologie, pneumologie...) ou basculer vers le service des séjours "moyenne durée", qui compte davantage de lits. 

Des difficultés à remplacer les absents aux urgences

Aux urgences, le week-end dernier, deux absents n'ont pas été remplacées, créant un manque de personnel problématique. D'autant que l'affluence dans le service a enregistré des records : 415 passages, soit une centaine de plus que sur un week-end "normal", dont une vingtaine d'urgences vitales, le double de d'habitude sur un week end. 
 
Les soignants ont déposé auprès de la direction un "danger grave et imminent" pour alerter sur l'urgence de la situation.

De son côté, la direction reconnait que le week end dernier a connu un pic d'activité imprévisible et précise avoir sollicité des remplaçants pour pallier les deux absents, sans succès. Des renforts en aide-soignants ont par défaut été mobilisés.

Le CHSCT se rend jeudi matin à l'ARS (Agence Régionale de Santé) à Toulouse pour demander des solutions face à cette situation. 
Le 2 juillet, les syndicats appellent à une grève nationale des personnels soignants. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Réouverture du musée de Palavas

Les + Lus