Toulouse : marche blanche en hommage à Cintia assassinée à Arnaud-Bernard

Le départ de la marche blanche vers la préfecture / © Emmanuel Wat/France 3 Midi-Pyrénées
Le départ de la marche blanche vers la préfecture / © Emmanuel Wat/France 3 Midi-Pyrénées

A l'initiative de la famille de la victime, une centaine de personnes a défilé samedi matin à Toulouse, du quartier Arnaud Bernard, où Cintia Lunimbu avait été retrouvée le 27 juillet assassinée dans son appartement, à la préfecture. 

Par VA.

Ils se sont donnés rendez-vous à Toulouse, dans le quartier Arnaud Bernard, pour rendre hommage à Cintia Lunimbu, 21 ans, assassinée il y a un mois. 

Cette marche blanche est symboliquement partie de la place des Tiercerettes pour se rendre devant la préfecture. La famille de la victime entend ainsi dénoncer la situation de liberté conditionnelle dans laquelle se trouvait depuis le 23 février 2016 le meurtrier récidiviste présumé. Roses blanches à la main, derrière une banderole portant les mots "Hommage à Cintia", la famille de la jeune femme et des habitants du quartier ont marché dans le centre-ville, d'abord en silence puis en scandant "Justice pour Cintia" et "Cintia, on est là, on ne t'abandonne pas".

C'est place des Tiercerettes, dans son appartement, que Cintia Lunimbu, 21 ans, avait été retrouvée morte, gisant dans une marre de sang le 27 juillet par les pompiers alertés par des proches inquiets de ne plus avoir de ses nouvelles. Elle avait été tuée à l'arme blanche au niveau du cou. L'autopsie avait montré que son décès remontait à 48h00. 

Son meurtrier présumé, Jean-Baptiste Rambla, 49 ans, le frère de la petite Marie-Dolorès Rambla, 8 ans, kidnappée et tuée en 1974 dans l'affaire pour laquelle Christian Ranucci a été condamné à mort et guillotiné en 1976, a depuis été interpellé, mis en examen pour meurtre en récidive et écroué.

Rambla alors qu'il avait six ans, avait assisté au kidnapping de sa soeur. Il a été condamné en 2008 à 18 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de son ex-employeuse. Écroué en 2005, il avait obtenu une libération conditionnelle en 2015, selon le parquet.

Le crime de 2004 avait été découvert plus de sept mois après les faits, lorsque le corps en décomposition de Corinne Beidl, avait été retrouvé dans un cabanon du jardin de l'accusé.

A l'époque, cette affaire s'était déroulée dans un climat particulier. Depuis plus de trente ans, et notamment la parution du livre "Le pullover rouge" (1978) de Gilles Perrault, l'affaire occupait les pages des journaux, la thèse de l'écrivain ayant alimenté les doutes sur la culpabilité de Ranucci.

Le meutrier présumé Jean-Baptiste Rambla, habitait depuis quelques temps, en toute discrétion, à Toulouse où il était suivi par un juge d'application des peines. Il était sorti du centre de détention de Muret en février 2016 à l'occasion d'une liberté conditionnelle et avait l'obligation de se soigner.

Voir le reportage d'Emmanuel Wat et de Xavier Marchand :
Toulouse : marche blanche en mémoire de Cintia
Une centaine de personnes a participé samedi matin à une marche blanche en hommage à une jeune femme de 21 ans tuée fin juillet à Toulouse, un meurtre pour lequel le frère de la victime de l'affaire dite du "pullover rouge" a été écroué mi-août.


Sur le même sujet

A Toulouse, votre sapin de noël livré à vélo

Près de chez vous

Les + Lus