Trois mois de prison ferme pour avoir montré ses fesses à un hélicoptère de la gendarmerie

Ces hélicoptères peuvent être équipés d'appareils photo au zoom très puissant / © max ppp Florian Launette
Ces hélicoptères peuvent être équipés d'appareils photo au zoom très puissant / © max ppp Florian Launette

Doigts d'honneur et fesses à l'air, c'est ainsi qu'un jeune homme de Frouzins, dans la Haute-Garonne, a salué un hélicoptère de la gendarmerie en janvier 2017. Photographié, identifié, puis jugé, il a écopé de trois mois de prison ferme.

Par Michel Pech

Fesses et doigts
L'équipage de l'hélicoptère a très mal pris le comportement insultant du jeune homme. 
Celui-ci, en janvier 2017, pensait sans conséquence ce geste irrévérencieux. Il a dû juger insuffisant le doigt d'honneur brandi vers l'appareil, alors, il en a rajouté.
Pantalon aux chevilles, il a pointé ses fesses vers les militaires.
Mais ceux-ci étaient bien équipés. 
L'appareil photo performant des gendarmes a pris des clichés en gros plan du postérieur mais aussi du visage de l'exhibitionniste.

Tribunal
Rapidement identifié et retrouvé, il a été convoqué au tribunal mercredi dernier, le 20 décembre. 
Mais là , il ne s'est pas présenté.
En son absence, donc, le tribunal l'a condamné à trois mois de prison ferme.


Sur le même sujet

Nîmes : les riverains du parc Meynier de Salinelles tiennent à leur "poumon vert"

Près de chez vous

Les + Lus