• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Un quatrième hôtel de luxe, “La Cour des Consuls”, ouvre au centre de Toulouse

Une vue d'une chambre de l'hôtel / © Cour des Consuls
Une vue d'une chambre de l'hôtel / © Cour des Consuls

Le 14 décembre, cet hôtel 5 étoiles ouvrira ses portes près du Pont-Neuf, avec comme cible la clientèle étrangère. Mais y a-t-il de la place pour un nouvel établissement de luxe à Toulouse ? 

Par Fabrice Valery

Après des années de chantier, de longues tergiversations pour connaître l'exploitant des lieux, l'hôtel 5 étoiles "La Cour des Consuls" va ouvrir ses portes le 14 septembre à Toulouse. Situé rue des Couteliers, dans le quartier du Pont-Neuf, il est abrité dans deux anciens hôtels particuliers majestueux qui ont été réunis. 

La famille Pujol de Carcassonne aux commandes

Le projet initial, lancé par un entrepreneur toulousain Maxime Bassaïa, a finalement trouvé un exploitant, la famille Pujol, qui gère plusieurs hôtels à Carcassonne dont un 5 étoiles, et qui associés à la marque M Gallery (groupe Accor) va tenter de conquérir une part du marché de la clientèle de luxe à Toulouse. "On a eu un coup de coeur pour ce lieu unique, explique le directeur général Hadrien Pujol, et ce quartier qui nous fait un peu penser à un petit Marais à Toulouse".
Hadrien Pujol / ©
Hadrien Pujol / ©

Un marché étroit

Trois autres hôtels de la catégorie sont déjà dans la place à Toulouse : le Pullman sur les allées Jean-Jaurès, le Crowne Plaza et l'Hôtel du Grand Balcon à proximité de la Place du Capitole. Alors y a-t-il encore de la place pour un nouvel établissement de luxe ? "Ce type de produit, de petite taille avec ses 32 chambres, explique Hadrien Pujol, mais avec un haut-niveau de services comme le spa, le restaurant avec une carte du chef étoilé Jérôme Ryon, un executive lounge, ses deux cours intérieures, n'existait pas à Toulouse. Ce n'est pas un hôtel de plus, c'est un lieu singulier, un lieu de vie pour une clientèle majoritairement étrangère"

Une clientèle aisée américaine, asiatique et brésilienne

L'hôtel vise donc principalement une clientèle aisée et particulièrement "des Etats-Unis, du Brésil et d'Asie", selon Hadrien Pujol, "car c'est là qu'il y a le plus gros potentiel". Les dirigeants comptent évidemment sur la clientèle d'affaires drainée à Toulouse par Airbus et l'industrie aéronautique. Mais ils parient également sur la fusion des régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon pour booster le tourisme de luxe : "Nos clients à Carcassonne passent déjà forcément par Toulouse, explique Hadrien Pujol, et nous pensons que la future grande région peut vendre à des voyageurs haut de gamme un package avec Carcassonne, Nîmes, Albi et bien-sûr Toulouse"
Comptez tout de même entre environ 200 euros la nuit pour une chambre simple et près de 500 pour une suite. L'hôtel emploie 25 personnes. 

Sur le même sujet

Hérault : le massif de la Gardiole entre Montpellier et Sète menacé par un incendie, la SPA de Villeneuve évacuée

Les + Lus