Une vidéo montre que les policiers qui ont tiré sur une voiture à Toulouse n'étaient pas en légitime défense

© Dcoument amateur / reproduction interdite
© Dcoument amateur / reproduction interdite

Alors que le ministre de l'Intérieur a ouvert un débat sur la légitime défense, une vidéo que France 3 Midi-Pyrénées s'est procurée contredit la version des policiers qui ont ouvert le feu en plein Toulouse contre un véhicule qui refusait d'obtempérer. 

Par Fabrice Valery

C'est un document amateur qui a un certain écho, alors que Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, a décidé de rouvrir le dossier de la légitime défense des policiers en France pour en assouplir les règles. Un document vidéo qui montre que des policiers toulousains n'étaient pas en état de légitime défense quand ils ont ouvert le feu contre un véhicule qui refusait d'obtempérer en pleine rue un vendredi après-midi à Toulouse.

La version des policiers

Petit retour en arrière : vendredi 6 novembre, des policiers ouvrent le feu contre une voiture, à 4 reprises selon leurs déclarations. La version officielle, que nous relations sur notre site internet le jour-même, est la suivante : les policiers veulent contrôler le conducteur d'une Renault Mégane vers 16h45 rue de Roquemaurel dans le quartier de la Patte d'Oie, mais il refuse d'obtempérer et ne s'arrête pas. Le véhicule est ensuite repéré quelques minutes plus tard, un peu plus loin dans la même rue, et lorsque les policiers s'approchent le conducteur fait une marche arrière en fonçant sur les fonctionnaires de police. C'est alors que les policiers font usage de leurs armes à 4 reprises.

La vidéo montre autre chose

La vidéo prise par un témoin de la scène depuis la fenêtre d'un immeuble montre cependant une autre version. Le véhicule n'est pas en marche arrière et d'après la vidéo, le conducteur ne fonce pas sur les policiers mais tente seulement de s'enfuir. Ce qu'il réussit d'ailleurs à faire, le véhicule étant retrouvé abandonné quelques minutes plus tard un peu plus loin dans le quartier. Dans la vidéo, on entend trois détonations.
Tirs de policiers dans la rue à Toulouse
Cette vidéo contredit la version des policiers qui ont ouvert le feu à Toulouse contre un véhicule.

Ce que la vidéo ne montre pas

Mais la vidéo ne commence que lorsque les coups de feu (3 entendus) sont tirés. Que s'est-il passé avant ? Dans la version des policiers, le véhicule Mégane bleu s'est engagé dans l'entrée d'un garage souterrain que l'on voit bien à gauche sur les images et c'est lorsqu'il a reculé pour s'enfuir que les policiers se sont sentis "visés" par le conducteur. 
Un témoin affirme également que la voiture a reculé sur les policiers, qui se sont "écartés". 
D'après nos informations, l'Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN) qui mène une enquête sur ces coups de feu dispose d'une autre vidéo. 

La légitime défense "n'est pas constituée"

Un policier à qui nous avons fait visionner cette vidéo est formel : à en croire ces images la légitime défense n'est pas constituée. La vie des policiers ne paraît pas en danger et l'usage de l'arme de service n'était pas nécessaire. En clair, même si la voiture a reculé sur eux, ils n'avaient pas à faire usage de leurs armes au moment où le véhicule prenait la fuite. 

Que dit la loi ?

Comme le rappelle FranceTV info, la légitime défense des policiers est la même que celle des citoyens et repose sur deux principes, la riposte et la proportionnalité. Riposte, lorsque la vie du policier est en danger. Et proportionnalité, en fonction de l'arme qui est pointée vers le policier. Il est par exemple interdit de tirer si l'agresseur n'est pas lui-même armé.
Même si on peut considérer que la voiture constitue ici "une arme par destination", l'usage des armes de services dans cet exemple semble davantage avoir eu lieu pour stopper le véhicule que pour sauver sa propre vie.

La difficile appréciation du contexte

Cependant, on peut aussi, à la décharge des policiers, remettre cet événement dans son contexte. D'abord il y a la rapidité avec laquelle tout cela se passe. En quelques secondes, les policiers se retrouvent en face d'une situation à risque. Ensuite, il y a le contexte local : depuis plusieurs semaines, les policiers toulousains sont régulièrement pris pour cible par des automobilistes ou deux roues qui refusent d'obtempérer aux contrôles de police et n'hésitent pas parfois à foncer sur les véhicules des fonctionnaires ou sur les policiers eux-mêmes. 
Dans tous les cas, un policier rappelle que "les fonctionnaires de police doivent respecter la loi et ne jamais oublier que désormais, les images sont partout. Les témoins filment avec leurs smartphones, diffusent les images sur internet... Les policiers doivent le savoir et être exemplaires dans leurs attitudes et dans leurs déclarations".

Les syndicats de policiers réagissent

La diffusion de cette vidéo sur notre site internet a fait réagir les principaux syndicats policiers.
Pour Unité-SGP Police, cette scène est "extraite du contexte intégral de l'intervention et n'est pas significative sans vue globale... L'IGPN  déterminera ses conclusions".
Le syndicat Alliance, de son côté, estime que "France 3 va un peu vite en besogne pour juger une action qui n'est filmée que partiellement" et rappelle que "la présomption d'innocence s'applique aussi aux policiers"

Rappelons cependant que nous avons pris dans l'article ci-dessus toutes les précautions pour donner la version des policiers et expliquer ce qui s'est passé avant que la vidéo ne commence. Nous ne "jugeons" pas les policiers mais nous tentons d'expliquer à cette occasion que la légitime défense des policiers est souvent complexe à déterminer. 
Si ce n'était pas le cas, cette vidéo ne susciterait pas autant de débats et le ministre de l'Intérieur lui-même n'aurait pas l'intention de la réformer. 
FV

Sur le même sujet

Les + Lus