Vente des parts de Casil Europe dans l'aéroport de Toulouse-Blagnac : les actionnaires publics locaux réagissent

Alors que la rumeur enfle au sujet de la vente des parts de Casil Europe dans l'aéroport de Toulouse-Blagnac, les actionnaires publics locaux alertent l'Etat dans un courrier commun adressé au Premier Ministre. 
"L'Etat ne doit pas vendre ses parts" : c'est le message clair adressé à Edouard Philippe par les actionnaires publics locaux de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, en l'occurrence la région Occitanie, le conseil départemental de Haute-Garonne, Toulouse Métropole et la chambre de commerce et d'industrie de Toulouse.

Dans un courrier adressé au Premier Ministre, ces actionnaires réagissent à la rumeur de vente par le groupe Casil Europe de ses parts dans la société aéroportuaire Toulouse-Blagnac (STAB). Une information qui n'a jamais été présentée officiellement aux autres actionnaires. Et qui a même été contredite par un porte-parole du groupe. 

C'est pour cette raison que ces collectivités appellent à une clarification urgente de la part de l'actionnaire majoritaire et de l'Etat. "En avril 2015", écrivent-elles, "l'Etat a vendu au groupe Casil Europe 49,99% de ses parts au sein de la STAB. Depuis lors, en qualité d'actionnaires minoritaires (avec 40% du capital), nous ne cessons d'appeler l'Etat à la plus grande vigilance concernant l'éventualité de céder les 10,01% qu'il détient encore". 

Si la vente de sa participation par Casil Europe devait se confirmer, il est, selon les signataires de ce courrier, absolument nécessaire pour l'avenir de la plate-forme que l'Etat n'accompagne pas cette cession de la vente de ses propres parts, comme il le peut depuis le 17 avril 2018. 



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vente de l'aéroport toulouse-blagnac économie transports aériens