“Des preuves de meurtres” dans la mort au Cambodge du père de famille originaire des Hautes-Pyrénées et de ses 4 enfants

La voiture de Laurent Vallier avec à son bord le père de famille originaire des Hautes-Pyrénées et ses 4 enfants avait été découverte dans un plan d'eau sur sa propriété. / © AFP
La voiture de Laurent Vallier avec à son bord le père de famille originaire des Hautes-Pyrénées et ses 4 enfants avait été découverte dans un plan d'eau sur sa propriété. / © AFP

Laurent Vallier, père de famille originaire des Hautes-Pyrénées, avait été retrouvé mort avec ses 4 enfants au Cambodge en 2012. Les autorités cambodgiennes et françaises ont maintenant les preuves qu'il s'agit d'un meurtre. Dans les Hautes-Pyrénées, la réaction des proches est mitigée.

Par Régis Cothias / Véronique Haudebourg / AFP

Un Français et ses quatre enfants retrouvés morts dans un étang en 2012 au Cambodge ont été victimes de meurtres, a indiqué le juge d'instruction cambodgien, se basant sur de nouvelles preuves médico-légales découvertes lors de l'enquête.

Les corps de Laurent Vallier et de ses quatre enfants, âgés de 2 à 9 ans, avaient été découverts en janvier 2012 dans un 4x4 blanc immergé dans un étang de la propriété de ce veuf de 42 ans, dans la province de Kampong Speu  au sud-ouest du Cambodge.

L'enquête préliminaire avait d'abord conclu à un suicide du père de famille, estimant qu'il avait jeté la voiture dans l'étang avec ses enfants. Mais les autorités avaient ensuite décidé d'ouvrir une enquête plus approfondie, en collaboration avec des enquêteurs et experts scientifiques français. "Les Français et moi avons conclu ensemble qu'il s'agit d'une affaire de meurtres", a déclaré Chhim Rithy, juge d'instruction au tribunal provincial de Kampong Speu.

Selon lui, les analyses médico-légales ont démontré que Vallier et trois des enfants n'étaient pas morts noyés. "Cela veut dire qu'ils sont morts avant (d'avoir été placés dans la voiture) et ont été poussés dans l'eau", a-t-il ajouté, précisant que le plus jeune des enfants avait été mis dans la voiture vivant.

EN VIDEO : le rappel de l'affaire Vallier par Bruno Frediani
Preuves de meurtres dans l'affaire Vallier
Les enquêteurs ont également découvert des taches de sang dans la maison de Vallier et sur une corde. Et des tongs retrouvées à la place du conducteur n'appartenaient pas à Vallier, a encore indiqué le juge. "Les tongs appartenaient à quelqu'un qui a poussé la voiture dans l'étang et a sauté, en les laissant derrière lui", a-t-il précisé.

La réaction du frère de Laurent Vallier

Pour Xavier, le frère de Laurent Vallier, qui vit dans la région de Luz-Saint-Sauveur, cette annonce n'est qu'une "demie-surprise" puisque les autorités judiciaires cambodgiennes et la juge d'instruction française en charge de l'enquête avaient reconnu à demi-mot que le scénario du suicide ne collait pas avec les éléments matériels. Mais "c'est la première fois que cette version est reconnue officiellement".

Les proches de Laurent Vallier connaissaient déjà les éléments factuels rapportés par le juge d'intruction cambodgien. La famille des victime est en effet régulièrement tenue informée des avancées de l'enquête et a rencontré la semaine dernière la juge d'instruction qui suit le dossier à Paris. Une famille qui confirme qu'on leur a demandé de respecter "une certaine discrétion médiatique". Selon Xavier Vallier, d'autres développement devraient suivre. Pour lui demeurent les questions du qui et du pourquoi. Selon lui, "la moitié du village est suspect et l'autre moitié est complice".

Le Haut-Pyrénéen note tout de même "une curieuse coïncidence entre cette avancée et le déblocage de fonds par la France pour l'aide au développement au Cambodge". Comme à chaque fois qu'il y a eu un progrès annoncé dans l'enquête note-t-il. Pour lui, "les autorités refusent de reconnaître que le pays peut être dangereux pour les Occidentaux" qui y sont régulièrement victimes de meurtres. En jeu en effet, les efforts du Cambodge pour développer le tourisme.

Les différentes hypothèses envisagées

L'an dernier, le même juge avait indiqué que Vallier avait eu par le passé des problèmes concernant des titres de propriété avec la soeur de sa femme cambodgienne, décédée en 2009 en donnant naissance à leur dernier enfant. La belle-soeur et les beaux-parents avaient été interrogés par les enquêteurs. Mais personne n'a été arrêté dans cette affaire. Chhim Rithy a précisé que l'enquête était toujours en cours.

Le Français, qui selon la presse locale travaillait comme guide touristique, avait disparu en septembre 2011 avec ses deux fils et ses deux filles. En janvier 2012, l'ambassade de France à Phnom Penh avait expliqué avoir été contactée plusieurs mois auparavant par les parents du père de famille, qui étaient sans nouvelles de lui depuis deux mois. Elle avait ensuite soumis l'affaire aux autorités cambodgiennes qui avaient dragué l'étang de sa propriété en janvier 2012.



Sur le même sujet

Les + Lus