Milans royaux : avec l'hiver, c'est l'heure de faire l'appel dans les Pyrénées

Publié le
Écrit par Benoît Roux
Le milan royal hivernant fait l'objet d'un comptage annuel et simultané en France et en Europe.
Le milan royal hivernant fait l'objet d'un comptage annuel et simultané en France et en Europe. © Fabrice Cahez

Les 8 et 9 janvier, les ornithologues bénévoles et professionnels vont recenser les milans royaux hivernants dans le massif pyrénéen. En 2021, près de mille rapaces de cette espèce avaient été comptés dans les Pyrénées.

Les 8 et 9 janvier prochains en France et en Europe, les milans royaux venus prendre leurs quartiers d’hiver en France (ou proche de nous, en Espagne) feront l’objet d’une surveillance attentive.

Les oiseaux migrateurs posent leurs balises

Contrairement au milan royal du sud plutôt sédentaire, celui du nord-est de la France et de l’Europe cherche un lieu plus chaud pour passer l’hiver. Celui que l’on nommait jadis l’escoufle se regroupe alors avec des dizaines voire des centaines de congénères dans des dortoirs repérés.

« Ils sont fidèles, ne bougent pas beaucoup d'une année sur l'autre. Ils ont toujours des solutions de repli en fonction de la météo, du bruit, de l’environnement. Ils choisissent en fonction de la température. On les retrouve aux environs des 600 m d’altitude, rarement plus haut car ils s’installent où la terre n’est pas gelée. C’est de l’hivernage : ils continuent de chasser et de se nourrir », assure Aurélie Deseynes qui coordonne le comptage.

Une espèce menacée

240 dortoirs ont ainsi été scrutés. Ceci permet une localisation précise, de mieux connaître les secteurs fréquentés et autres causes de mortalité dues principalement à l’intervention de l’homme : empoisonnement, tir, électrocution, collision…

Selon Aurélie Deseynes, "le principal danger c'est l'empoisonnement. Les agriculteurs veulent se débarrasser des rongeurs, mais ils tuent le prédateur et sa proie. Nous relevons les cadavres d'oiseaux depuis de longues années. Dans plus de 80% des cas, leur mort est lié à un empoisonnement. C'est un véritable fléau."

Oiseau de proie et charognard, le volatile est identifiable grâce à ses couleurs vives, sa longue queue rousse triangulaire, profondément échancrée. Il possède une envergure qui frôle les 2m pour un poids, plutôt léger, qui tourne autour d’1kg.  Cet emblème des Pyrénées est un allié précieux de l’équilibre de nos campagnes de par ses interventions. Cette espèce proche de l’homme a été classée vulnérable en France jusqu’en 2020 et l’est toujours en Occitanie.

Les ornithologues à l’affut

Ce type de comptage a débuté en 2007 dans les Pyrénées, une opération menée sur 8 départements des régions Occitanie et Nouvelle Aquitaine. L’an dernier plus de 300 observateurs se sont mobilisés. « Plus on avance, plus on connaît cet oiseau et plus on a besoin de monde pour en savoir plus. On essaie de ne pas trop s’approcher de l'oiseau en restant à 500m. Parfois solo ou en équipe, avec des jumelles ou des longues vues et un carnet pour tout noter : le nombre, mais aussi l’heure d’arrivée et de départ, et surtout la direction pour éviter de les compter deux fois ». Un travail de patience et d’observation. Les équipes sont reliées entre elles par portable pour éviter les erreurs.

Ce comptage est mené dans le cadre du programme européen « LIFE Eurokite ». Plus de 600 oiseaux sont ou seront équipés de GPS pour mieux analyser leur parcours et leur comportement.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.