4 mois de prison avec sursis pour une fausse alerte à la bombe

Le lycée avait été évacué le 7 janvier 2016 / © Denis Tanchereau/France3 Midi-Pyrénées
Le lycée avait été évacué le 7 janvier 2016 / © Denis Tanchereau/France3 Midi-Pyrénées

Le jeune homme qui avait lancé par téléphone une alerte à la bombe le 7 janvier dernier au lycée Jean-Monnet de Vic en Bigorre (Hautes-Pyrénées) a été condamné par le tribunal correctionnel de Tarbes. 

Par Fabrice Valery

Pour avoir lancé par téléphone une fausse alerte à la bombe le 7 janvier dernier, indiquant que le lycée Jean-Monnet de Vic-en-Bigorre allait sauter, un jeune homme de 25 ans a écopé jeudi de 4 mois de prison avec sursis devant le tribunal correctionnel de Tarbes (Hautes-Pyrénées). 

Le lycée avait été évacué, les pompiers mobilisés, une équipe de démineurs de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) envoyés sur place. Tout cela pour rien. 

Le jeune homme qui avait passé son coup de fil depuis une cabine téléphonique avait été repéré grâce à la vidéosurveillance. Identifié et présenté au tribunal, il a expliqué, selon La Dépêche du Midi, qu'il avait perdu un oeil à l'âge de 3 ans, que l'on se moquait souvent de lui et que ce jour-là, il souffrait beaucoup de cet oeil. Absent du lycée pendant trois jours, il ne savait pas comment justifier cette absence et avait donc eu l'idée de l'alerte à la bombe

Le jeune homme a réitégré ses excuses à la barre. Il a écopé de 4 mois de prison avec sursis avec une mise à l'épreuve pendant 2 ans, une obligation de soins psychologiques et l'interdiction de se présenter au lycée de Vic-en-Bigorre. 

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus