• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Ossun : des opposants à une future porcherie industrielle perturbent le départ du Tour de France

Les manifestants se sont assis au milieu de la chaussée pour perturber le départ de la grande boucle. / © Karine Pellat.
Les manifestants se sont assis au milieu de la chaussée pour perturber le départ de la grande boucle. / © Karine Pellat.

Le départ de la 14ème étape du Tour de France a du être retardé d'un quart d'heure, perturbé par une manifesations à Ossun.  

Par Cécile Frechinos

Ils voulaient se faire remarquer et ont rempli leur objectif. 
A Ossun, petite commune située quatre kilomètres après le kilomètre zéro de l'étape, plusieurs dizaines d'opposants à un projet controversé d'ouverture d'une porcherie industrielle ont envahi la chaussée pendant plusieurs minutes, avant d'être peu à peu contrôlés par un important dispositif de gendarmerie. 
 

No Porcharan 


    "No Porcharan, No Porcharan", ont plusieurs fois entonné les manifestants, reprenant en choeur le nom de leur association, créée en décembre dernier pour protester contre ce projet prévoyant la construction d'un bâtiment de 2.600 m2 sur le site d'une ancienne porcherie qui pourrait recevoir 2.928 porcs et porcelets de manière permanente dans le but d'y être engraissés, sur un modèle breton d'élevage intensif hors-sol. 

"Les préfets passent, les cochonneries restent", a-t-on pu lire sur différents panneaux et affiches sur le bord de la route où les 164 coureurs du peloton sont passés. 

Ils étaient encore 165 la veille au soir, mais l'Allemand Maximilian Schachmann (Bora) a renoncé à poursuivre l'aventure après avoir lourdement chuté sur le contre-la-montre de Pau. 

Conséquence de cette manifestation: le peloton n'a que 111 kilomètres à parcourir.

Mais les grimpeurs peuvent se rassurer, ils auront largement le temps de briller, entre le col du Soulor, classé en première catégorie, et le mythique Tourmalet, 19 kilomètres de long à 7,4 % de pente moyenne, qui fait figure de première arrivée au sommet en haute montagne. 


 

Sur le même sujet

Interview de Christophe Barret

Les + Lus