• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Hérault : la sécheresse pèse aussi sur les producteurs de fromage Pélardon

L’aire géographique de l’AOC Pélardon s’étend sur le Gard, l’Hérault, la Lozère, l’Aude et le Tarn. / © Tim Somerset / Maxppp
L’aire géographique de l’AOC Pélardon s’étend sur le Gard, l’Hérault, la Lozère, l’Aude et le Tarn. / © Tim Somerset / Maxppp

La sécheresse pèse sur les agriculteurs, avec parfois des retombées sur la production elle-même, comme celle du fromage Pélardon, une appellation d’origine protégée : quand le mercure grimpe, le nombre de fromages fabriqués, lui, baisse.
 

Par Richard Duclos

"Au niveau des pâturages, la situation commence à être critique" : ce constat, c’est Mathieu Rio, fromager à Saint-Bénézet dans le Gard et président du syndicat des producteurs de Pélardon, qui le dresse. Conséquence de la sécheresse, l’herbe manque dans les prés, au point qu’il est difficile de nourrir les troupeaux.

Avec, forcément, des conséquences sur la production du Pélardon, ce petit fromage de chèvre AOP (appellation d’origine protégée) fabriqué dans le Gard, l’Hérault, la Lozère, l’Aude et le Tarn.

"Les chèvres trouvent toujours de quoi grignoter, elles s’adaptent. Mais pendant les grosses chaleurs, elles s’alimentent moins bien, donc la production de lait chute", explique Joël Gauthier, fromager à Valleraugue, au pied de l’Aigoual.

Or, moins de lait, c’est moins de fromage. Le producteur estime à "20 litres de lait en moins par traite" les pertes pendant les jours les plus chauds, soit une quarantaine de fromages en moins par traite. Mathieu Rio confirme : "La production a beaucoup baissé par rapport à ce qu’on fait d’habitude". Lui qui garde en ce moment ses chèvres dans un bâtiment la journée et les fait pâturer la nuit estime avoir produit 20 à 25% de fromages en moins que la normale. Il précise :
 

C’est une centaine de fromages en moins par jour. A 1,20€ par pièce, la perte est conséquente


Pour compenser le manque d’herbe, les agriculteurs peuvent recourir à du fourrage. Mais celui-ci pourrait venir à manquer aussi, et encore faut-il l’acheter, ce qui représente un coût supplémentaire : "Là, nous allons acheter pour 6 000 € de foin. Normalement on n’en achète pas, parfois même on en vend", souligne Gaëtan Mazenq de la Chèvrerie des Demoiselles à Montoulieu, dans l’Hérault.

Le coût est d’autant plus important qu’il a fallu recourir au fourrage tôt dans l’année, comme le fait remarquer Laurence Testa, de la ferme du Mas Rolland à Montesquieu dans l’Hérault : "Il a à peine plu en hiver, nous avons eu quatre mois sans eau. En 30 ans, c’est la première année qu’il a fallu taper dans le fourrage dès la fin du mois de mars."
 

"On s'inquiète"


Par ailleurs, le Pélardon en tant qu’AOP doit respecter un cahier des charges bien précis. Entre autres, les éleveurs doivent sortir les animaux au moins 210 jours par an (180 jours s’ils sont à plus de 800 m d’altitude). Mais puisque les sorties sont limitées du fait de la sécheresse, ce minimum pourrait ne pas être atteint, ce qui obligerait les producteurs à demander des dérogations pour obtenir l’AOP.

Jusqu’ici, cela n’est encore jamais arrivé. "Le bilan des jours de sortie se fera à la fin de l’année, explique Mathieu Rio. Il y a une possibilité de se rattraper ensuite, à partir d’août nous avons parfois des orages et les prés peuvent alors reverdir. Pour l’instant on s’inquiète, parce que des orages ont été annoncés et nous n’avons rien eu.".

A noter que la situation est plus ou moins inquiétante selon les départements : des producteurs, dans les Cévennes notamment, déclarent ainsi ne pas avoir spécialement de problème pour l’instant.

D’autres s’inquiètent surtout sur le long terme, à l’image de Laurence Testa : "Nous avons un système 100% pastoral, nous utilisons uniquement la ressource extérieure. Mais cela fait plusieurs années que la ressource arbustive a du mal à se refaire. Il y a aussi plusieurs chênes qui sont morts, c’est une ressource alimentaire que l’on n’aura plus pour les années à venir." Et d’ajouter : "Si la ressource extérieure disparaît, on disparaît aussi.".
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview de Vincent Zielinski sur son grand-père Jean, résistant.

Les + Lus