Agde : un ancien triathlète de haut niveau aide les enfants handicapés à se préparer à des challenges sportifs

Philippe Banon, est un triathlète de haut niveau, il y a quelques années lors d’une course, il aide à franchir la ligne d’arrivée à une maman et son fils en fauteuil roulant. Depuis il a laissé de côté sa carrière de sportif et partage sa passion avec des enfants handicapés à Agde.
Maerynn s’entraîne avec ses trois coachs pour le prochain Swimrun du Cap d'Agde qui aura lieu le 30 mai prochain - mai 2019
Maerynn s’entraîne avec ses trois coachs pour le prochain Swimrun du Cap d'Agde qui aura lieu le 30 mai prochain - mai 2019 © France 3 LR - F. Jobard
Direction la plage de la Grande Conque au Cap d’Agde pour Maerynn en fauteuil roulant, et ses trois accompagnateurs de l’association Xtreme triathlon solidaire. Au programme de la journée, entrainement de natation et de course pour préparer des challenges sportifs, comme le triathlon.


Parmi les trois accompagnateurs, Philippe Banon, il est triathlète sur longue distance et c’est lui qui a eu l’idée il y a quatre ans de partager sa passion avec des enfants handicapés.

Lord d’une course, il aide une maman épuisé, qui poussait son fils sur un fauteuil, à finir sa course, bouleversé après avoir passé la ligne d’arrivée avec eux, sa vie de sportif de l’extrême bascule :

Après ce jour-là, c’est compliqué à expliquer en fait, le sport pour moi, il a pris un autre sens, d’ailleurs j’ai toujours un peu de mal à en parler parce que ça me sert un peu la gorge ces injustices comme ça, elle là ça fait 4 ans et depuis je n’ai pas réussi à prendre un dossard pour courir seul, j’ai l’impression qu’il me manque quelqu’un.


Pendant, les séances physiques, les trois accompagnateurs Stéphanie, Christophe et Philippe ne pensent qu’à une chose, le bien-être de la petite fille :

Les parents nous laissent leur vie. Et il faut les remercier car les parents nous font énormément confiance, et je pense qu’on leur rend en donnant du plaisir à leurs enfants.

Tout ce qu’on fait on le fait pour elle, ajoute Stéphanie, là par exemple, elle ne veut pas sortir donc on va retourner dans l’eau.  


Maerynn est atteinte du syndrome de Prador Willy, une maladie génétique qui se caractérise par une obésité précoce, une prise excessive d’aliments, et un manque de tonus musculaire, et pour la maman de Maerynn, toutes les souffrances de sa fille sont oubliées les jours d’entrainements et de compétition :

Pour elle, c’est une bouffée d’oxygène, elle oublie la maladie pendant un moment. Ça lui apporte du bien-être, elle attend ça avec impatience, quand elle retourne à l’école, elle raconte ce qu’il s’est passé et elle est fière de pouvoir faire quelque chose comme les autres.

On me dit souvent que j’aide beaucoup ces enfants, au final je me demande si ce n’est pas eux qui m’aident moi. Je pense que eux, ils ont besoin de nos jambes et nous nous avons besoin de leur sourire, confie Stéphane Banon.


Maerynn a déjà participé le 14 avril dernier au semi relais master du Cap d’Agde et s’entraîne désormais pour le Swimrun qui aura lieu le 30 mai prochain. 

Le reportage de Jérôme Gaussen et François Jobard 
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handicap société sport