Un récif artificiel géant pour plongeurs bientôt immergé au large d'Agde

Publié le
Écrit par Fabrice Dubault et Pascaline Arisa

C'est un défi technologique, environnemental et une première mondiale. Le plus grand chantier de récifs artificiels dédiés à la plongée va bientôt voir le jour au large d'Agde. Une structure monumentale en béton sera immergée en juin. Nous l'avons découverte dans le port de Sète-Frontignan.

Cette structure de 108 tonnes qui trône sur un quai du port de Sète-Frontignan est comme une oeuvre d'art.
Ses 6,50 mètres de haut, huit mètres de circonférence, son graphisme, ces circonvolutions et ses multiples alvéoles en béton seront bientôt immergés au large d'Agde et du Fort de Brescou.

Il a fallu trois ans de travail à l'entreprise de Montpellier qui l'a conçue pour lui donner vie.
C'est le plus grand récif artificiel au monde, conçu en 3D, au design adapté à l'activité plongée des fonds marins.

La 3D permet de réaliser une complexité architecturale qui s'inspire des habitats naturels sous-marins.

Joffrey Capet, chef de projet "Seaboost" à Montpellier.

Une chaine de récifs avec un temple

En 2019, la start-up Seaboost avait déjà conçu 32 récifs artificiels et des nurseries à poissons qui ont été immergés sur la bande des 300 mètres au large du Cap d'Agde.

Ce récif en béton hors norme, baptisé le temple, est destiné avant tout à la plongée, il doit intégrer un spot artificiel à 20 mètres de profondeur sur l'aire marine protégée de la station balnéaire. Il a 1.000m2 de surface colonisable. Le peuplement devrait intervenir rapidement car l'endroit regorge de poissons

Le deal, c'était de dire aux plongeurs et aux clubs de plongée, on va protéger ce milieu fragile. Alors on va interdire certains sites et on va vous aider à avoir de nouveaux spots de plongée. Ce récif sera accessible à 14 ou 15 mètres sous le niveau de l'eau.

Renaud Dupuy de la Grandrive, directeur de l'Aire marine protégée d'Agde.

Le projet écotouristique Récif'Lab

Pour ce projet de reconquête de la biodiversité marine, la ville d'Agde a été lauréate nationale d'un programme d'investissement d'avenir piloté par le ministère de la Transition écologique.

600.000 euros ont été injectés par l'Etat et les collectivités territoriales. Mot d'ordre : protéger le coralligène, c'est un écosystème sous-marin caractérisé par l'abondance d'algues calcaires, dites algues coralligènes, capables de construire, par superposition d'encroûtements ou par accumulation de dépôts, des massifs comparables aux massifs coralliens.

"Nous avons misé sur l'attractivité écotouristique. C'est du gagnant-gagnant, on protège l'environnement marin et en même temps on développe notre activité touristique" explique Renaud Dupuy de la Grandrive, directeur de l'Aire marine protégée d'Agde.

A terme, ce village de récifs sera composé d'une dizaine d'autres modules en béton de plus petites dimensions. Une fois immergés, la faune et la flore se déploieront naturellement ce qui ne manquera pas de séduire les plongeurs avertis.