Emmanuelle Ménard regrette que l'IVG soit aujourd'hui "généralisée" et "banalisée"

Publié le Mis à jour le
Écrit par OLC avec l'AFP
Emmanuelle Ménard regrette une évolution, selon elle, de l'esprit de la loi Veil sur l'IVG qui "n'est pas celui qu'elle (Simone Veil, ndlr) souhaitait quand elle l'avait présentée en 1974".
Emmanuelle Ménard regrette une évolution, selon elle, de l'esprit de la loi Veil sur l'IVG qui "n'est pas celui qu'elle (Simone Veil, ndlr) souhaitait quand elle l'avait présentée en 1974". © PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE/MAXPPP

Emmanuelle Ménard, députée apparentée FN de l'Hérault, a salué le "symbole magnifique" représentée par Simone Veil, qui "pourrait avoir sa place au Panthéon", tout en regrettant que l'IVG soit aujourd'hui "généralisée" et "banalisée".

Un exemple incroyable


"C'est une femme extraordinaire qui a eu un parcours de vie incroyable", a salué Emmanuelle Ménard, interrogée sur BFMTV et RMC à propos d'une éventuelle entrée au Panthéon de l'ancienne figure de la vie politique française, décédée à 89 ans vendredi. Évoquant "un symbole magnifique de résilience après ce qu'elle a vécu dans sa jeunesse" et "un exemple incroyable", l'épouse de Robert Ménard a affirmé qu'elle "pourrait avoir sa place au Panthéon".

Elle a en revanche regretté une évolution, selon elle, de l'esprit de la loi Veil sur l'IVG qui "n'est pas celui qu'elle (Simone Veil, ndlr) souhaitait quand elle l'avait présentée en 1974". "Aujourd'hui (...) on a tendance à le généraliser, à le banaliser", a-t-elle estimé, appelant à proposer "toutes les solutions possibles et pas seulement l'IVG", aux femmes enceintes.


Opposée à la PMA

Si elle a assuré ne pas être opposée au remboursement de l'avortement, Emmanuelle Ménard s'est en revanche montrée fermement opposée à la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de lesbiennes et les femmes seules. "Je trouve que c'est une dérive et qu'on est en train de passer sur ce sujet du respect des droits de l'enfant au droit à l'enfant", a-t-elle jugé.

Je pense que le rôle du père et le rôle de la mère dans l'éducation ne sont pas les mêmes

"Je pense que le rôle du père et le rôle de la mère dans l'éducation ne sont pas les mêmes. Peut-être qu'un enfant élevé par deux femmes sera le plus heureux du monde et le plus épanoui du monde mais c'est quand même prendre le risque au départ de lui ajouter une difficulté supplémentaire", a-t-elle jugé, mettant en garde contre une porte ouverte à la GPA.

"Au nom de l'égalité, pourquoi deux femmes pourraient avoir le droit d'avoir un enfant et deux hommes ne le pourraient pas ? Donc forcément on y aura recours, et la marchandisation du ventre des femmes je suis absolument opposée à ça", a-t-elle martelé.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.