Le footballeur Baptiste Valette, originaire de Sète, mis en examen pour viol

Le gardien de but du club de football de Nancy, Baptiste Valette, 27 ans, a été mis en examen pour le viol, qu'il conteste, d'une jeune femme samedi soir à la sortie d'une discothèque. Né à Sète, il a été formé à Montpellier et a joué à Nîmes de 2017 a 2019. 
 
Le gardien de but de Nancy Baptiste Valette, 27 ans, a été mis en examen pour le viol. 17.12.19
Le gardien de but de Nancy Baptiste Valette, 27 ans, a été mis en examen pour le viol. 17.12.19 © MaxPPP - Alexandre Marchi
En garde à vue depuis dimanche matin, le gardien titulaire de l'AS Nancy Lorraine a été mis en examen pour "viol par personne en état d'ivresse manifeste" et laissé en liberté "sous contrôle judiciaire".

Les faits se seraient déroulés dans la nuit du samedi 14 au dimanche 15 décembre 2019, à la sortie d'une boîte de nuit du centre-ville de Nancy. Selon nos confrères de l'Est Républicain, Baptiste Valette aurait rencontré une femme de 18 ans lors d'une soirée dans l'établissement. Les faits se seraient déroulés à l'extérieur de la boîte de nuit. La police a été alertée par un amie de la victime présumée. Le footballeur a alors été placé en garde à vue. 
 

Un rapport "consenti" selon le joueur


Baptiste Valette "a reconnu avoir eu un rapport sexuel avec la plaignante" mais affirme qu'il était "consenti", a précisé le magistrat.  

Le club a de son côté déclaré sur son site : "L'AS Nancy Lorraine prend acte de la fin de la garde à vue du joueur Baptiste Valette et de son placement sous contrôle judiciaire". Il ajoute dans un communiqué, "L'ASNL fait pleine et entière confiance à la justice pour faire toute la lumière sur les accusations graves portées à son encontre". 

Placé en garde à vue, le joueur n'avait pas pu être entendu dimanche par les enquêteurs en raison de son état d'ébriété. Né à Sète en septembre 1992, Baptiste Valette évolue depuis cet été au sein du club lorrain, après avoir joué à Nîmes, de 2017 à 2019. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport justice société