• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Hérault : 11 détentions provisoires après l’incendie du péage de l'A9 à Bessan

A9 - Le péage de Bessan, dans l'Hérault a été incendié dans la nuit de mardi à mercredi - 19 décembre 2018. / © France 3 LR
A9 - Le péage de Bessan, dans l'Hérault a été incendié dans la nuit de mardi à mercredi - 19 décembre 2018. / © France 3 LR

Ce vendredi soir, au total, 23 personnes ont été mises en examen. 11 sont en détention provisoire et 12 autres sous contrôle judiciaire dans l'affaire de l'incendie d'un bâtiment de Vinci autoroutes en décembre 2018 sur l'A.9 par des gilets jaunes au péage d'Agde-Bessan, près de Béziers.

Par Fabrice Dubault


46 personnes ont été arrêtées par 160 gendarmes mardi matin dans l'Hérault, lors d'une vaste opération dans le cadre de l'enquête sur l'incendie mi-décembre d'un local de Vinci autoroutes au péage d'Agde-Bessan, sur l'A9.

Des personnes se revendiquant "gilets jaunes" avaient déclaré être les auteurs de cette action de vandalisme mais localement, d'autres "gilets jaunes" avaient au contraire assuré que le mouvement n'était pas à l'origine de ce sinistre.

Au total, ce vendredi soir, 23 personnes ont été mises en examen. Dont 11 sont en détention provisoire et 12 autres placés sous contrôle judiciaire pour incendie volontaire en bande organisée, selon le procureur de la République de Béziers.

5 gardes à vues sont toujours en cours et 23 personnes ont été relâchées sans poursuites à ce stade.

Parmi les mis en examen et écroués figurent une mère de six enfants, un homme paraplégique ou une infirmière.

La plupart "se présentaient (...) comme ayant participé au mouvement des gilets jaunes" mais "n'importe qui peut le revendiquer", a commenté Yvon Calvet, le procureur de la République de Béziers, soulignant "la gravité des faits".
 

Il y a eu un phénomène de bande organisée qui a fait augmenter le niveau de violence (...) des gens qui se sont retrouvés dans l'intention de commettre des exactions", a estimé le général Jean-Valéry Lettermann, commandant la gendarmerie de l'ex-Languedoc-Roussillon. Les interpellations ont permis de "mettre un coup d'arrêt à une forme d'escalade", selon lui.

 

Vandalisme et échangeurs fermés


Mardi soir, Vinci Autouroutes a indiqué que suite à ces "actes de vandalisme" et "dégradations importantes", plusieurs "échangeurs restent fermés à la circulation par décision préfectorale", à Bollène, Narbonne Sud et Agde-Bessan sur l'A9, ainsi que le péage de Bandol sur l'A50.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Montpellier : des mesures de police administrative pour gérer la mobilisation des Gilets jaunes

Les + Lus