Abus de confiance : le sénateur Robert Navarro nie en bloc

Les avocats de Robert Navarro à l'issue de l'audition / © SYLVAIN THOMAS / AFP
Les avocats de Robert Navarro à l'issue de l'audition / © SYLVAIN THOMAS / AFP

Robert Navarro conteste les faits reprochés et ne démissionnera d'aucun de ses mandats. L'un de ses avocats Patrick maisonneuve parle de faits compliqués mais discutables.

Par Laurence Creusot

Le sénateur, qui a soigneusement évité mardi les quelques journalistes réunis au palais de justice de Montpellier, a été mis en examen
pour "abus de confiance" et placé sous contrôle judiciaire, a annoncé peu après 20h30 l'un de ses avocats, Me Patrick Maisonneuve.
Son client, qui ne compte pas démissionner de ses mandats (vice-président du conseil régional, sénateur), "conteste totalement les faits reprochés et il a bien l'intention de se battre pied à pied pour prouver sa non-responsabilité pénale", a affirmé l'avocat.
Pour Me Maisonneuve, "il n'est pas question d'enrichissement personnel, pas de voyage personnel", en précisant qu'on reprochait à son client "un abus de confiance lié à ses indemnités parlementaires". "C'est compliqué, c'est discutable, ça le sera jusqu'au bout", a estimé l'avocat.

DMCloud:20501
Maître Patrick Maisonneuve explique les éléments de défense de Robert Navarro


Un contrôle judiciaire a par ailleurs été décidé par le magistrat instructeur avec une caution de 30.000 euros, a précisé Me Maisonneuve, indiquant qu'il allait
faire appel de cette décision.
Au juge d'instruction, le sénateur divers gauche a rappelé "que les choses s'étaient bien passées sur le plan financier", lorsqu'il était à la tête de la fédération socialiste héraultaise, dont il était parti "précipitamment", a ajouté son conseil.

Exclu du PS début 2010 pour son soutien à l'homme fort de la région Georges Frêche, décédé depuis, l'ancien patron de la fédération socialiste de l'Hérault
a fait partie de l'équipe de campagne de François Hollande dans le département pour la primaire socialiste à l'automne 2011.
Dix de ses proches ont été entendus dans ce dossier. Son épouse Dominique a déjà été mise en examen en janvier dans cette affaire, qui a conduit à la mise sous tutelle de la fédération de l'Hérault par Solférino. Robert Navarro a toujours dénoncé cette affaire comme un "flingage politique".





A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus