Cet article date de plus de 6 ans

Affaire Léa : les quelques mots de Seureau avant le verdict

A la reprise de l'audience le président Henri Pons donne la parole à Gérald Seureau. L'accusé n'a pas donné de nouveaux éléments sur les circonstances de la mort de Léa, cette lycéenne de 17 ans qu'il a violé et frappé à mort le soir du nouvel An 2011.


Gérald Seureau et ses deux avocats - 2014
Gérald Seureau et ses deux avocats - 2014 © France 3 LR/ Zakaria Soullami
A la reprise de l'audience le président Henri Pons donne la parole à Gérald Seureau. L'accusé se lance. Ses paroles ne sont pas très audibles. Il regarde surtout l'avocat général et les avocats des parties civiles. Il parle beaucoup de lui et de son vécu en prison.

“Ca fait 4 ans que je suis pris par les remords. Que je pense à la famille de Léa. J'ai privé les parents d'une fille. J'ai brisé une famille. La mienne aussi.C'est intolérable. Je ne me le pardonnerais jamais. La prison m'a fait grandir à grande vitesse. C'est le lieu le plus haineux que je connaisse. J'ai tout arrêter la drogue, l'alcool. J'ai tout raté. Mes études. Tout. Ma mère. Elle est responsable de rien. C'est moi. Le seul reponsable, c'est moi. C'est tout ce que j'ai à dire.”



Les jurés sont entrés en délibération à 14 h 15 et ils doivent répondre à trois questions :
Ce matin l'avocat général a requis la peine maximale : la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 22 ans.
Le verdict devrait être prononcé en fin d'après-midi.

Extrait du JT19/20 Languedoc-Roussillon avant le verdict.
durée de la vidéo: 01 min 43
Long délibéré avant le verdict du procès



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice affaire léa