• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Dominique Reynié lance une pétition pour soutenir le projet de loi travail

Dominique Reynier soutient la loi El Khomri / © Maxppp
Dominique Reynier soutient la loi El Khomri / © Maxppp

Dominique Reynié, conseiller régional LR et ancien candidat à la présidence du Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, a lancé vendredi une pétition en ligne, pour soutenir le très contesté projet de loi travail du gouvernement socialiste, a-t-il indiqué à l'AFP.

Par FD avec afp


La loi visant à "instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs", dite "Loi El Khomri", est une loi imparfaite, comme toutes, mais elle a l'immense mérite d'innover, de tenter, d'agir. Soutenons-là !", peut-on lire dans le texte de la pétition sur le site Change.org.

Baptisée "Oui à la loi Travail! Non au chômage", la pétition avait recueilli vendredi en fin d'après-midi 1.030 soutiens, dont celui du président du Medef, Pierre Gattaz, et de son ancienne présidente Laurence Parisot.

Il y a longtemps que le chômage de masse s'est installé dans notre société. Des millions de femmes et d'hommes en supportent chaque jour les terribles conséquences", écrit Dominique Reynié, qui est par ailleurs professeur à Sciences Po.


"Ceux qui protestent aujourd'hui ont été bien silencieux pendant les mois et les années précédents, alors que le chômage ne cessait de croître. On ne se souvient pas d'une mobilisation de leur part contre le chômage comparable à celle qu'ils mettent en oeuvre aujourd'hui pour empêcher l'adoption d'une loi espérant juguler ce fléau national !", écrit-il.

La droite pour soutenir le gouvernement ?

Le projet de réforme du droit du travail, porté par la ministre du Travail Myriam el Khomri, rencontre une très vive opposition de la part des syndicats et d'une partie de la majorité.

Une pétition en ligne dénonçant le projet, lancée par des militants associatifs et syndicaux, avait recueilli vendredi plus de 620.000 signatures, un record.

Le projet de loi prévoit, entre autres, des référendums d'entreprise pour valider des accords minoritaires, une clarification des critères de licenciement économique, un plafonnement des indemnités prud'homales et la primauté des accords d'entreprise en matière de temps de travail.

Sur le même sujet

Des enseignants manifestent avec les "gilets jaunes"

Les + Lus