Montpellier : 3 militants jugés en appel après le boycott de produits israéliens à Perpignan

le Droit au boycott revendiqué par les associations soutenant les 3 militants devant le palais de justice de Montpellier / © France 3 LR. Cédric Métairon
le Droit au boycott revendiqué par les associations soutenant les 3 militants devant le palais de justice de Montpellier / © France 3 LR. Cédric Métairon

Une centaine de personnes se sont rassemblées, ce jeudi, devant le tribunal montpelliérain. Une mobilisation en soutien à trois militants de France-Palestine. Relaxés en première instance, ils avaient participé à une opération contre des produits israéliens dans un hypermarché de Perpignan. 

Par Sylvie Bonnet


Ils viennent de l'association France-Palestine, de la CGT ou de l'Union Française juive pour la paix. Une centaine de militants sont réunis ce jeudi matin, devant le Palais de justice de Montpellier. Tous demandent le droit au boycott citoyen pour soutenir les 3 militants jugés en appel. 

A l'origine du procès, une opération au sein d'un hypermarché de Perpignan. C'était en 2010. Les militants du mouvement " Boycott Désinvestissement Sanction" informaient les consommateurs sur des produits en provenance des colonies israéliennes.
A Perpignan, les 3 accusés ont été relaxés en première instance du chef d'accusation de "provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence". Mais le parquet a fait appel.
Soutien aux militants jugés pour boycott
Devant le tribunal de Montpellier, une centaine de personnes demandent le droit au boycott et le retrait de la circulaire Alliot Marie.

Aujourd'hui les trois militants, Bernard, Jeanne et Yamina, plaident pour le droit au boycott. Les associations qui les soutiennent demandent l'abrogation de la circulaire de l'ancienne garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie à l'origine des poursuites engagées.
slogan contre l'interdiction de boycott devant la cour d'appel de Montpellier / © France 3 LR. Cédric Métairon
slogan contre l'interdiction de boycott devant la cour d'appel de Montpellier / © France 3 LR. Cédric Métairon
   
Une trentaine de militants ont été inculpés dans toute la France. En novembre dernier, 12 militants relaxés en première instance en Alsace ont finalement été condamnés par la cour d'appel de Colmar à 1.000 euros d'amende avec sursis.

Un sujet sensible et qui embarrasse l'actuelle ministre de la Justice. Christiane Taubira s'est exprimée à ce sujet devant nos confrères de médiapart le 19 décembre dernier.

Sur le même sujet

Les + Lus