• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Régionales : Carole Delga appelle au “rassemblement” à gauche

Carole Delga
Carole Delga

Carole Delga, tête de liste socialiste aux élections régionales dans la région Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées, a appelé mercredi au "rassemblement" à gauche, alors que les écologistes ont entamé depuis près de trois mois un rapprochement avec le Front de gauche dans la région.

Par Z.S. avec AFP


"Rassemblement", c'est le maître-mot pour Carole Delga, tête de liste socialiste aux élections régionales dans la région Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées.

"Depuis plus de 10 ans, les forces de gauche mènent des politiques concrètes de progrès et de solidarité qui ont bâti nos deux régions", écrit l'ex-secrétaire d'Etat dans un communiqué, citant les "socialistes, écologistes, radicaux, communistes" et les "républicains progressistes".

Ces forces, d'ores et déjà radicaux et socialistes les ont unies", écrit aussi Mme Delga, faisant référence à l'accord PS-PRG conclu fin juillet. "Je sais que le chemin du rassemblement est exigeant, mais je suis convaincue de sa nécessité : l'union est la clé de la réussite de la gauche", poursuit le communiqué.


EELV, le PG, le PCF et Ensemble ont lancé une plateforme citoyenne commune en juin dans la région. La question de l'alliance doit être tranchée définitivement les 19 et 20 septembre, week-end au cours duquel chaque formation fera voter ses militants.

"Beaucoup de gens s'expriment depuis cet été, personne n'a encore présenté de liste, il est donc toujours temps de se parler dans le respect du timing et de la diversité de chacun", a estimé Mme Delga, ajoutant: "Nos adversaires sont à droite et à l'extrême droite. Pas ailleurs".

Avec la crise au sein d'EELV, le PS et la gauche radicale multiplient les appels du pied vers les écologistes pour les élections de décembre.

Le PS craint que les alliances EELV-Front de gauche, en négociations dans quatre régions, ne fassent le jeu de la droite voire de l'extrême droite aux élections régionales de décembre.
Ces alliances inquiètent d'autant plus les socialistes que l'une des composantes du FG, le Parti de gauche fondé par Jean-Luc Mélenchon, n'appellera pas automatiquement à la fusion de ces listes avec celles du PS au second tour.

A lire aussi

Sur le même sujet

Lozère : 600 pilotes pour le Trèfle lozérien entre Causses, Gorges du Tarn et Aubrac

Les + Lus