Salon Vinisud Montpellier : millésime 2013 “exceptionnel” pour le Languedoc-Roussillon et exportations en hausse

Montpellier - le salon Vinisud - 24 février 2014. / © F3 LR
Montpellier - le salon Vinisud - 24 février 2014. / © F3 LR

Tous "les voyants sont au vert" pour les vins du Languedoc-Roussillon, première région viticole française, avec "un millésime 2013 exceptionnel" et des "exportations en hausse", ont souligné les professionnels, mardi, à Montpellier.

Par Fabrice Dubault


Le millésime 2013 sera "exceptionnel en qualité et en quantité. Seul en France, le vignoble du Languedoc-Roussillon pourra répondre à la croissance du marché", ont affirmé le conseil interprofessionnel des Vins AOC du Languedoc (CIVL) et Sud de France développement lors d'une conférence de presse organisée dans le cadre du salon Vinisud.

L'estimation de la récolte des 226.000 hectares de vignes régionales est de 13,5 millions d'hectolitres (+ 5,7% par rapport à 2012) soit 5% de la production mondiale, selon le CIVL.

La région compte 38 appellations d'origine contrôlé (AOC) et 33 indications géographique protégée (IGP)

En 2013 plus de 449 millions de bouteilles de vins ont été exportés soit 3,368 millions d'hectolitres pour un chiffre d'affaires de 745,1 millions d'euros, en progression de 2,2 %. Ce résultat fait du Languedoc-Roussillon "le premier vignoble français à l'export", ont précisé les mêmes sources.

Le meilleur client des vins régionaux est l'Allemagne. Elle représente 28% des exportations, avec un total de 852.984 hectolitres, soit une hausse de 4% en volume mais de 7 % en valeur, preuve selon Sud de France, de la "recherche de qualité".
Autres augmentations importantes, le Royaume-Uni (3,4 % de hausse total) et les États-Unis (+2,4%). Pour le premier, la progression a comme origine les vins IGP. Pour le second, elle s'appuie sur les vins AOC (+15%).

Pour Sud de France, les exportations avec les États-Unis sont appelées à se développer d'autant, relève la marque, que le célèbre critique américain Robert Parker a affirmé que "le sud de la France" allait "dominer le marché des vins de qualité à moins de 20 dollars (14,50EUR) avec l'Espagne et l'Italie".
La Chine, premier marché mondial du vin, est un cas un peu particulier. L'an passé, le Languedoc-Roussillon (-27,5%), comme l'ensemble de la France (-17,5) a enregistré une baisse du volume total et par conséquent du chiffre d'affaires (-23,9%, -17,3% pour la France).
Seuls les vins AOC (-3,7% en volume et -5,6 % en CA) ont limité les pertes.
Cependant, pour Sud de France et le CIVL, ce fléchissement reste provisoire et circonstanciel. Pour les deux organismes, la Chine reste un marché porteur d'avenir.

"Nous restons confiants. Cette baisse est la conséquence des mesures de rétorsion du dossier des panneaux photovoltaïques. Elle vient aussi des interdictions de cadeaux au niveau des fonctionnaires", a expliqué le directeur général de Sud de France, François Fournier, rappelant que les exportations avec la Chine ont cru de 240 % en cinq ans.


Pour regagner des parts de marché, les vins du Languedoc-Roussillon, 2e région exportatrice en Chine derrière Bordelais, prévoient de nombreuses opérations.

La première, du 28 mars au 2 avril visera trois villes Chendgu, jumelée avec Montpellier, Xiamen, et Shenzhen.

A lire aussi

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus