Montpellier : la vidéo d'une femme traînée par les cheveux par des policiers de la BAC fait polémique

Montpellier - une femme traînée par les cheveux par des policiers - 16 novembre 2019, selon l'auteur de la vidéo. / © capture vidéo twitter Le Général
Montpellier - une femme traînée par les cheveux par des policiers - 16 novembre 2019, selon l'auteur de la vidéo. / © capture vidéo twitter Le Général

Selon l'auteur du document publié sur twitter, la scène se serait passée samedi 16 novembre, lors du 53e jour de mobilisation des Gilets jaunes à Montpellier. En 2 jours, cette vidéo visionnée plus de 298.000 fois relance à nouveau le débat sur les violences policères dénoncées par les manifestants.

Par Fabrice Dubault


Une femme traînée à terre par les cheveux, par des policiers, la vidéo choque. La victime se débat... en vain !
L'affaire trouve sa conclusion lundi, devant le tribunal de Montpellier. La jeune femme de 21 ans est condamnée à 2 mois de prison avec sursis pour outrages et rébellion.
 
 
Ce document a visiblement été tourné à Montpellier, en haut de la place Jean Jaurès, non loin des halles Castellane, en fin d'après-midi, puisqu'il fait presque nuit. Mais quand ?

Le tweet a été publié ce 16 novembre et selon son auteur, les images ont été prises lors de la 53e journée de mobilisation des Gilets jaunes, donc samedi dernier. Sur cette page, les tweets sont quasi exclusivement consacrés aux violences policières contre les manifestants et les journalistes.
Les policiers en cause à Montpellier seraient des hommes de la BAC.

On voit aussi des passants qui regardent ou filment la scène, sans intervenir.
 

La victime condamnée pour outrages et rébellion


La jeune femme de 21 ans, résidant à Lunel, est accusée d'avoir lancé une bouteille vide sur les forces de l'ordre. D'où son arrestation musclée par 3 policiers, car elle résistait.
Selon elle, elle ne participait pas à la manifestation des Gilets jaunes mais sortait d'un restaurant. Elle a également reconnu être ivre au moment des faits.

Le tribunal de Montpellier l'a finalement condamné lundi, à 2 mois de détention assortis de sursis simple, pour outrages et rébellion, sans mention au casier judiciaire.
Elle devra aussi dédommager les 2 policiers que se sont portés partie civile.
 

Les réactions sont nombreuses. 3.400 retweets et plus de 2.000 j'aime. Et de l'indignation.
 

Petite mobilisation pour les un an des Gilets jaunes


Samedi, à Montpellier, pour le premier anniversaire du mouvement, les gilets jaunes étaient un millier dans les rues. Et plusieurs rassemblements ont eu lieu, notamment au rond-point symbolique des Prés d'arènes.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus