Le cirque traditionnel n'a pas la cote à Montpellier, les Bouglione lancent un cirque 100% humain en 2020

Pourtant dompteurs de fauves de générations en générations, Sandrine et André Joseph Bouglione lancent dès l’an prochain un spectacle de cirque sans animaux à Montpellier. Une initiative qui n'est pas au goût de tous...

La ville de Montpellier a interdit la représentation d'animaux sauvages dans les cirques.
La ville de Montpellier a interdit la représentation d'animaux sauvages dans les cirques. © AFP - Patrick Bernard
Le bien-être animal est désormais dans tous les esprits, y compris dans ceux de la plus grande famille de dompteurs de fauves : les Bouglione. En effet, l’un des petits-fils de la famille, André-Joseph, a décidé d'arrêter les spectacles avec animaux. Il propose désormais un écocirque 100% humain, qui verra le jour en 2020 à Montpellier. 
 

Avec ce cirque, nous voulons proposer un nouveau modèle de spectacle à la population à l’aide notamment des nouvelles technologies. Nous allons représenter des animaux en hologrammes et proposer des numéros innovants, détaille André Joseph Bouglione.


Musiciens, funambules, lanceurs de couteaux, trapézistes, jongleurs, clowns, au programme de ce cirque des artistes venus du monde entier. Un semblant de cirque du soleil mais "accessible à tous", ajoute André Joseph. Les premières places seront en effet vendues aux alentours de 15€.

  

Accompagné dans ce projet de sa femme, Sandrine, cet ancien dompteur de fauves souhaite aller encore plus loin dans sa démarche en réalisant un fonctionnement écoresponsable. Pour cela, lors de ses déplacements le cirque prévoit d’utiliser des containers maritimes recyclés.
 

Polémique chez les Bouglione ?


Deux ans et demi de travail auront été nécessaires au couple pour présenter ce projet, non sans de nombreuses critiques de la part notamment de leur famille. "Nous avons beaucoup été critiqués par la grande famille du cirque. Il y a une réelle omerta dans le monde du cirque autour des conditions de détention des animaux. Il y a eu des réactions extrêmement violentes suite à notre proposition, mais cela nous nourrit encore plus et nous motive à faire changer les choses", précise André-Joseph Bouglione. 

Dans les cirques, le spectacle vivant représente 1/15ème du show selon Sandrine Bouglione, alors selon elle, "il faut écouter l’opinion publique et porter notre métier vers l’avenir".

Mais pourtant, le PDG du Cirque d’Hiver, Francesco Bouglione, est quant à lui totalement opposé à la fin des animaux sauvages dans les cirques. Alors que la ville de Paris a voté la fin dès 2020 de la délivrance d’autorisations d’occupation de terrain pour les cirques qui présenteront des spectacles avec des animaux sauvages, il a répondu : "Les animaux qui sont utilisés dans les cirques sont nés en captivité et si j’avais l’impression qu’ils étaient maltraités ou malheureux, je renoncerai à les produire sur la piste".

Selon un récent sondage de l’IFOP, pour "30 millions d’amis", une large majorité des Français interrogés adhèrent à l’interdiction d’animaux sauvages dans les cirques : 67% sont favorables dont 80% ont moins de 35 ans. Alors, Sandrine Bouglione défend elle son modèle, "le cirque a 250 ans, il est aujourd’hui indispensable qu’il évolue avec les mentalités"

 
 

Une nouvelle concurrence dans le milieu du cirque


Dans le milieu du cirque, cette nouvelle n'a pas été non plus très bien accueillie. A Montpellier, les spectacles d'animaux dans les cirques ont créé ces derniers mois de nombreuses polémiques.

En effet, la commune de Montpellier a refusé à Medrano le droit d’installer son chapiteau sur son domaine public, en novembre. Le cirque qui devait s’installer le 23 décembre sur le parking du Zenith doit ainsi faire face à une importante perte économique.

 
Engagé dans la lutte pour la préservation des espèces naturelles, le maire Philippe Saurel souhaite de son côté tenir sa ligne de conduite, il a déclaré : "les cirques utilisent parfois des moyens limites pour s'implanter. Pour nous c'est une lutte de tous les instants pour interdire ces spectacles. Les cirques qui exploitent des animaux sauvages ne sont pas les bienvenus à Montpellier".
 

C'est notamment grâce à cette politique de protection des animaux, que la ville de Montpellier a été choisie par les Bouglione pour accueillir leur premier spectacle. Celui-ci se tiendra le 15 avril prochain dans un lieu qui reste encore à déterminer. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture spectacle vivant animaux nature
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter