Coupe de la ligue: Montpellier savoure

Montpellier, qui n'avait plus joué un tour de Coupe à domicile depuis janvier 2015, a justifié sa réputation de coupeurs de tête. / © PASCAL GUYOT / AFP
Montpellier, qui n'avait plus joué un tour de Coupe à domicile depuis janvier 2015, a justifié sa réputation de coupeurs de tête. / © PASCAL GUYOT / AFP

"On sent que tout le monde se bat pour l'équipe. Tout le monde est dans le tempo." L'entraîneur du MHSC, Michel Der Zakarian, savoure. Montpellier a largement dominé Lyon en 1/8ème de finale de la coupe de la ligue (4-1).

Par OLC avec l'AFP

Lyon, amputé de ses leaders, a pris la sortie dès son entrée en Coupe de la Ligue en s'écroulant (4-1) en 8e de finale mercredi à Montpellier, toujours aussi solide devant les gros bras du Championnat. L'équipe bis de Bruno Genesio a pris une leçon d'enthousiasme par des Montpelliérains qui ont inscrit quatre buts pour la première fois de la saison.

Leçon d'enthousiasme

Montpellier, qui n'avait plus joué un tour de Coupe à domicile depuis janvier 2015, a justifié sa réputation de coupeurs de tête. Seule équipe à avoir tenu tête aux quatre candidats à la Ligue des champions (PSG, Monaco, Marseille et Lyon), la bande à Der Zakarian a imposé sa solidité et sa dynamique du moment.

Premier quart de finale depuis 2012


Qualifiée pour la première fois pour un quart de finale depuis 2012, elle a réussi un joli coup en Coupe dans un hommage posthume à son ancien président Louis Nicollin,
décédé en juin. Dans une équipe renouvelée pour moitié, les jeunes joueurs de Montpellier, Salomon Sambia, Nicolas Cozza, Dimitry Bertaud, ont saisi la main tendue par Der Zakarian à l'inverse des Lyonnais.

Le MHSC se déplacera à Angers en quart de finale.

Programme des quarts de finale de la Coupe de La Ligue, qui se joueront les 9 et 10 janvier :

  • Angers - Montpellier
  • Amiens - PSG
  • Nice - Monaco
  • Rennes - Toulouse



Michel Der Zakarian (entraîneur de Montpellier)

"On a fait une très grosse première période. On a manqué d'agressivité dans les dix premières minutes avant d'être puni. Ensuite, on a retrouvé notre agressivité pour bousculer Lyon, en les pressant très haut. Et, on s'est bien projeté vers l'avant pour marquer trois buts. Ensuite, on les a laissés venir pour essayer de les contrer. On a très bien animé ce système offensif, que l'on utilisait pour la première fois.

On a été très efficace. On a trouvé plus de justesse dans la transmission, dans les choix et la finition. Les joueurs ont montré une belle facette de leurs qualités. On doit continuer à faire les efforts collectifs, à jouer ensemble et préserver le même état d'esprit. C'est bien que tout le monde soit à l'unisson, aient envie de jouer et soit performant. On sent que tout le monde se bat pour l'équipe. Tout le monde est dans le tempo."

Bruno Genesio (entraîneur de Lyon):
"On a joué vingt minutes, les vingt premières. Ensuite, on a manqué de beaucoup de choses, de présence dans les duels par exemple. On a joué dans les forces de Montpellier, qui est une équipe bien regroupée et difficile à jouer dans cette configuration. On n'avait pas fait l'impasse sur ce match. Je n'avais pas aligné une équipe de coiffeurs, comme j'ai pu le lire ici ou là. Je voulais donner du temps de jeu à ceux qui en avaient moins.

Il n'y a pas eu d'impasse de faite. Ça fait désordre. C'est insupportable de perdre dans ces conditions, avec trois buts d'écart. On était à la limite de la faute professionnelle. On a un match dimanche (contre Marseille, ndlr), c'est le plus important maintenant. C'est un coup d'arrêt, parce qu'on voulait se qualifier. On peut perdre des matches, mais ce qui m'embête le plus, c'est le visage qu'on a montré ce soir. On a peut-être cru que ce serait trop facile après l'ouverture du score, ça montre le travail qu'on a à faire pour atteindre le très haut-niveau".

Sur le même sujet

Occitanie : la Région investit 1 milliard dans les lycées, un record en France

Les + Lus