Incendies et tourisme : cigarette, barbecue, ces mauvais réflexes à bannir pour éviter les départs de feu pendant les vacances

Publié le

Les touristes, qui arrivent dès ce weekend au bord de la méditerranée, ignorent parfois tout des risques d'incendies. Dans cet article, quelques réflexes et initiatives pour tenter de passer un été sans provoquer de feux de forêts.

Les vacances arrivent, et avec elles, les mauvais réflexes des touristes. Face à la recrudescence des départs de feu, chacun doit être responsable pour éviter que les forêts sudistes ne se transforment en un brasier géant cet été.

Sur le terrain des incendies, pompiers et bénévoles de la sécurité civile coopèrent pour éviter à tout prix les départs de feu. Hervé est bénévole, il rappelle le risque accru : "C'est bien sec, il n'y a plus une seule goutte d'humidité dans le bois et ça part tout seul."

Ennemi numéro 1 : la cigarette

A Langlade, commune du Gard, on cherche à lutter contre la principale source de départs de feux : la cigarette. Le maire de la ville, Gaëtan Prevoteau a restreint la consommation de tabac sur son territoire par un arrêté préfectoral le 17 juin dernier.

Les habitants saluent la nouvelle : "Je trouve ça très bien, on vit dans le Sud on sait que c'est dangereux." Une autre Gardoise nuance : "Après dans sa voiture, je trouve que chacun est libre de faire ce qu'il veux, mais en ne jetant pas son mégot par la fenêtre bien sûr."

C'est en effet ce geste, une pichenette trop souvent lancée par un bras qui dépasse d'une portière, qui porte préjudice à l'écologie et à la santé des forêts.

Les conduites principales à tenir pour les personnes qui nous rejoignent dans les départements, c'est avant tout éviter de fumer dans les massifs forestiers, jeter son mégot par la fenêtre

Eric Belgioino, directeur SDIS 66

Ennemi numéro 2 : le barbecue

Les bénévoles de la Sécurité civile sont sur le terrain dans les Pyrénées-Orientales. Ils patrouillent autour des vacanciers et des festivaliers venus assister aux Déferlantes du Sud, à Céret : "L'objectif numéro 1 c'est les fumeurs et en deux, les campeurs sauvages."

Bien sûr, qui dit camping, dit Pastis... et surtout grillades. Or un vent qui tourne mal et une braise qui atterrit dans l'herbe sont fatals pour les forêts.

Eric Belgioino détaille : "il ne faut pas amener le feu dans les massifs. C'est-à-dire, faire des barbecues dans des zones autres que les zones à feu, ne pas débroussailler ou couper du bois. Aussi, ne pas hésiter à contacter le 18 et le 112 en cas de détection de fumées pour que les pompiers puissent intervenir".

"La forêt, c'est la vie"

Dans les Pyrénées-Orientales, 22 départs de feu ont été comptés ce jeudi 7 juillet en moins de cinq heures. Dans le Gard, 650 hectares ont été ravagés par les flammes.

Les comportements humains ne sont bien sûr pas à écarter de ces incidents, mais la nature non plus comme l'explique le directeur du SDIS 66 : "Le dérèglement climatique n'est pas étranger à ces feux, il faut investir dans les bons comportements auprès de la population et développer la culture du risque chez nos concitoyens également ne pas amener le feu."

La période avec des risques d'incendies accrus ne cesse de prendre plus de place sur le calendrier. Auparavant limitée aux seuls mois estivaux, elle s'étend de juin à début octobre.

Hervé, bénévole à la Sécurité civile, rappelle l'importance de respecter les gestes pour limiter les feux : "La forêt, c'est la vie, c'est l'oxygène, mais les feux de forêt sont très toxiques. Il faut penser à nos descendants, aux générations futures."

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité