Montpellier : l'impossible deuil des proches des victimes du Covid "Je n'ai pas pu lui dire que je l'aimais"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Josette Sanna et Justine Salles
Une marche blanche en mémoire des personnes décédées depuis mars 2020... Organisée en début d'après-midi par l'association Vivre son deuil à Montpellier, elle accompagne des personnes endeuillées à surmonter cette douloureuse épreuve, et à sensibiliser la société aux questions du deuil.
Une marche blanche en mémoire des personnes décédées depuis mars 2020... Organisée en début d'après-midi par l'association Vivre son deuil à Montpellier, elle accompagne des personnes endeuillées à surmonter cette douloureuse épreuve, et à sensibiliser la société aux questions du deuil. © J. Salles/FTV

Une marche blanche en mémoire des personnes décédées depuis mars 2020 a été organisée ce samedi 23 octobre par l'association Vivre son deuil à Montpellier. Elle accompagne des personnes endeuillées pour les aider à surmonter cette épreuve.

Du blanc, pour rendre hommage. Terri a perdu son mari il y a près d'un an, des suites du coronavirus. A cause des mesures sanitaires strictes en vigueur lors du deuxième confinement, elle n'a pas pu lui dire au revoir.

Mon mari est décédé tout seul, c'est ce que je regrette le plus, je n'ai pas pu dire au revoir et lui dire que je l'aimais, je pouvais pas et c'est très difficile.

Terri Lassegue

Solitude

Sylvie a perdu deux proches : son frère d'un cancer et sa mère, décédée en maison de retraite. C'est la solitude qui l'a emportée.  " Ma mère n'a pas pu nous voir à cause de la pandémie. C'est une souffrance quotidienne. Lorsque mon frère est décédé, ses enfants et moi-même n'avons pas pu aller à son enterrement.

On a été tous en souffrance, de pas voir ses proches... de pas les accompagner surtout. C'est inhumain ce qu'il s'est passé, je le dis, il faut qu'on le sache."

Sylvie

Les huit bénévoles de l'association Vivre son deuil proposent à Montpellier un accompagnement adapté à chacun, et en douceur.

"On a besoin de parler de la personne qu'on a perdue, c'est très difficile car cela met personnes mal à l'aise, c'est d'abord ça qu'ils viennent chercher et l'échange avec d'autres personnes avec qui ils se sentent pas bizarres ou décalés ou étrangers", précise Catherine Favre, bénévole de l'association.

La marche s'est achevée par un rituel : déposer une feuille d'automne dans le Lez, et la voir s'éloigner avec une partie du chagrin.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.