Millésime Bio à Montpellier : “un gain de temps et d'argent”

Le salon Millésime bio prend de plus en plus d'importance. Pour son 25ème anniversaire, il semble toujours aussi apprécié par les producteurs qui y voient un rendez-vous incontournable pour remplir leurs bons de commande. / © O. Le Creurer
Le salon Millésime bio prend de plus en plus d'importance. Pour son 25ème anniversaire, il semble toujours aussi apprécié par les producteurs qui y voient un rendez-vous incontournable pour remplir leurs bons de commande. / © O. Le Creurer

Le salon Millésime bio prend de plus en plus d'importance. Pour son 25ème anniversaire, il semble toujours aussi apprécié par les producteurs qui y voient un rendez-vous incontournable pour remplir leurs bons de commande.

Par Olivier Le Creurer

Plus de 800 producteurs


Pour sa 25ème édition, plus de 800 producteurs venus de France mais aussi d'Europe, d'Australie, de Nouvelle-Zélande ou encore du Chili, présentent leurs vins à 5000 acheteurs potentiels au salon Millésime bio, organisé à Montpellier, au parc des expositions. 

C'est le plus important salon de vins bio en Europe et peut-être même au monde


"C'est le plus important salon de vins bio en Europe et peut-être même au monde," selon Michel Gassier (Domaine Gassier à Caissargues dans le Gard). "Participer à Millésime bio, c'est un gain de temps et d'argent."


Efficacité


Tous vante l'efficacité de ce salon. "Les acheteurs présents ont préparé leur venue. Et puis, ils viennent pour acheter du vin. Dans d'autres salons, nous voyons passer des vendeurs de bouchons, de packaging ou autre. Ici, ce n'est pas le cas," apprécie Christian Marbler (Clos des Nines à Fabrègues dans l'Hérault) qui participe à Millésime bio pour la première fois. 

Occitanie 1ère région française en bio


L'Occitanie est la première région française pour la viticulture bio avec 35 % des surfaces et 1599 producteurs, soit une hausse des surfaces de 4% en un an.

Nous produisons avant tout du vin et accessoirement du bio


"C'est l'occasion de faire déguster toute notre gamme. Ce n'est pas forcément le cas sur tous les salons. L'idée est de montrer que nous produisons avant tout du vin et accessoirement du bio," précise Olivier Maurice, responsable export (Château Mourgues du Grès à Beaucaire dans le Gard).



Si l'acheteur prépare son salon, il en est de même pour les producteurs. " Nous venons de rencontrer notre importateur au Japon. Nous avons envoyés des mails très ciblés avant le salon. 50 % de ceux que nous rencontrons ici sont des exportateurs mais il y a aussi des cavistes et des restaurateurs," explique Nathalie Margan (Château La Canorgue, à Bonnieux, dans le Vaucluse).

Même traitement


"Ici, tout le monde a le même traitement. Le petit producteur comme le gros. La même table, la même place, c'est positif. A nous ensuite de nous défendre sur la qualité de notre production," assure Mathieu Chatain (Château d'Or et de Gueules à Saint-Gilles dans le Gard). 

Contrairement à d'autres salons ou les producteurs de chaque région sont regroupés, ce n'est pas le cas à Millésime bio. "Regardez, je suis entouré par un vigneron espagnol, d'autres des Côtes du Rhône et du Sud ouest," constate avec plaisir Michel Gassier.

Millésime bio ferme ses portes mercredi soir. Rappel important: il n'est réservé qu'aux professionnels.


Sur le même sujet

Montpellier : un "relax truck" pour détendre les salariés stressés

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés