• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

La protection des “sites classés” menacée par un projet du gouvernement, les gorges de l'Hérault inquiètes

Le pont du diable, dans les gorges de l'Hérault, labellisées "Grands sites de France" depuis 2010 - juin 2019 / © S.Banus / FTV
Le pont du diable, dans les gorges de l'Hérault, labellisées "Grands sites de France" depuis 2010 - juin 2019 / © S.Banus / FTV

L'autorisation de construire dans les sites classés, jusqu'à présent accordée par l'Etat, pourrait bientôt être attribué par les préfets. Un projet qui inquiète les associations de défense des sites classés. Exemple dans les gorges de l'Hérault.
 

Par C.Alazet avec S.Banus

Il suffit de les survoler pour être subjugué par leur beauté. 

Les gorges de l'Hérault autour de Saint-Guilhem le désert, un joyau de la nature et du patrimoine de l'Hérault, devenu "Grands Sites de France" en 2010.

Dans ce reportage, découvrez des images vues du ciel et les efforts fournis par les élus, les professionnels et les habitants du site pour obtenir son label et le conserver en 2018.
 


700 000 visiteurs par an


Chaque année, près de 700 000 visiteurs viennent découvrir les gorges de l'Hérault. 

Le label "Grans Site de France" , décerné par le ministre de l'Environnement, a reconnu les efforts de protection de cette zone fragile, qui a réussi à faire cohabiter paysages exceptionnels et patrimoine historique avec la pression touristique.

Benoit Piquart, directeur de l'Office du Tourisme de l'intercommunalité de la Vallée de l'Hérault, explique qu'il a fallu notamment réguler le flot de véhicules à Saint-Guilhem le désert, pendant la saison touristique.

L'idée c'était de désengorger Saint-Guilhem. On a mis en place une navette gratuite. On évite ainsi 25 000 véhicules en saison.

Un site également très prisé par les promoteurs. Et c'est l'autre intérêt d'être un site classé. Il faut une autorisation règlementaire pour pouvoir construire. Ce qui limite drastiquement les nouveaux projets immobiliers dans ces zones.

Une autorisation pour les travaux les importants, jusqu'à présent attribuée par l'Etat (seul le ministère de l'Environnement peut instruire les dossiers), qui préserve donc bien l'équilibre entre protection du patrimoine et activités humaines. 

Mais cet équilibre est aujourd'hui menacé, selon les associations de défense du patrimoine, par un projet du gouvernement qui souhaite modifier la loi par décret et permettre aux préfets d'être en charge des autorisations de construire (ou pas) dans les sites classés.

Pour le gouvernement, il s'agit de simplifier les procédures. 

Mais pour Louis Villaret, président du Réseau des Grands Sites de France et de la communuaté de communes de la Vallée de l'Hérault, le risque, c'est que les préfets, plus proches des territoires, soient aussi plus sensibles aux pressions.

On risque aussi d'avoir des politiques d'attribution disparates selon les départements, alors que c'est une politique nationale pour un patrimoine national. Il faut conserver cette cohésion.


13 "Grands sites" en Occitanie

Une dizaine de personnalités et des associations de défense de l'environnement ont signé une tribune pour s'opposer à la réforme prévue par le gouvernement.

Tous craignent que cette simplification des procédures mette en danger ce patrimoine fragile.

Certains de ces sites classés sont ensuite reconnus par le "label Grand Site de France", un label qu'il serait difficile de maintenir si de nouvelles constructions menaçaient l'équilibre de la préservation de l'environnement mise en place jusqu'à présent.

Il en existe 46 "Grands Sites de France", labellisés ou en cours de démarche. Ils accueillent près de 32 millions de visiteurs.

13 sont en Occitanie : Gorges de l'Hérault, Massif du Canigou, Pont du Gard, Canal du Midi, Camargue gardoise, Minerve vallée de la Cesse et du Brian, Cité de Carcassonne, Cirque de Navacelles, Salagou cirque de Mourèze, Gorges du Tarn et de la Jonte, Montségur, Rocamadour, Gorges du Gardon. 

Le réseau des Grans Sites de France rassemble "des sites ayant reçu le label Grand Site de France et d'autres engagés dans des démarches de développement durable pour l'obtenir", explique le site internet du réseau
 


 

Sur le même sujet

Sécheresse : l'inquiétude des éleveurs du Roussillon

Les + Lus