Montpellier: 6 mois de prison ferme pour avoir piégé des oiseaux protégés

Deux montpellierains ont été condamnés en justice pour avoir capturé des chardonnerets élégants à la glu. Ils opéraient à Pérols quand leur trafic illégal a été repéré par la police municipale. 18 mois de prison dont 12 avec sursis pour le récidiviste, 4500 euros d'amende pour son complice.
La population des chardonnerets élégants est en chute de 30 %, la capture de ces oiseaux fait partie des cause de sa disparition.
La population des chardonnerets élégants est en chute de 30 %, la capture de ces oiseaux fait partie des cause de sa disparition. © Philippe Clément/BENELUXPIX/MAXPPP

Le trafic portait sur la capture et la vente d'oiseaux protégés, principalement le Chardonneret élégant, très apprécié pour sa beauté comme pour son chant, et le Serin cini.

Le véhicule des deux hommes avait été repéré à Pérols, où ils capturaient les oiseaux protégés pour les revendre sous le manteau. Lors de la perquisition à leur domicile de Montpellier, les enquêteurs ont découvert un stock important de matériel de piègeage, principalement de la colle, servant à immobiliser les oiseaux sur des branches, ainsi que des nids et des volatiles morts sur le sol.

Ces braconniers allaient jusqu’à déposer plus de 50 gluaux dans les secteurs fréquentés par les passereaux. Ils ont reconnu qu'ils vendaient leurs captifs au marché noir, chacun de ces oiseaux pouvant être monnayé plusieurs dizaines d'euros, voire plusieurs centaines d’euros.

À l’audience correctionnelle du 7 septembre 2021, France Nature Environnement a estimé que les magistrats de Montpellier "avaient frappé fort" en condamnant l'un des deux trafiquants, qui comparaissait en situation de récidive, à une peine de prison ferme.

Ce dernier, déjà poursuivi pour les même faits il y a deux ans, a été condamné à 18 mois de prison dont 12 avec sursis. Son complice, plus jeune, écope d'une amende de 15 euros pendant 300 jours, soit 4500 euros au total. 

Olivier Gourbineau, présent à l'audience en temps que partie civile à l’audience pour l'association France Nature Environnement LR, a salué cette décision qui souligne l’importance de protéger la biodiversité. "Nous espérons qu’elle fera date et qu’elle freinera l’important trafic local qui persiste depuis des années autour de Montpellier." 

© Philippe Clément/BELPRESS/MAXPPP

Effondrement des populations d'oiseaux communs

Selon la FNE du Languedoc Roussillon, la population de Chardonnerets élégants a chuté de plus de 30% ces vingt dernières années et celle de Serins cini, de plus de 40%.

Ces deux espèces dites d’oiseaux communs, qui peuvent être observés dans les jardins, sont aujourd’hui inscrites sur la liste rouge de l’UICN en tant qu’espèces menacées. 

L’important trafic qui porte sur ces espèces est aujourd’hui considéré comme la deuxième cause de leur effondrement, quasiment au même niveau que la destruction des milieux naturels et les pesticides.

Simon Popy, président de FNE LR

« Le trafic d'animaux sauvages, 4ème activité criminelle la plus lucrative dans le monde, ne concerne pas que les espèces tropicales. Nos oiseaux locaux en font aussi les frais. À l’heure où on alerte de plus en plus sur l’effondrement de la biodiversité, notamment au congrès de l’UICN qui se tient en ce moment à Marseille, il est temps que chacun comprenne que ces faits sont graves et doivent cesser» écrit encore Simon Popy dans son dernier communiqué.

Dans certains pays comme l’Algérie, l’espèce, supposée porter chance, a tout simplement disparu à l’état sauvage en raison du trafic rappelle la FNE.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers animaux nature environnement