• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Montpellier : ce ne sont pas des puces qui infestaient l'école Richier mais des collemboles

illustration / © maxppp Christian Watier
illustration / © maxppp Christian Watier

A Montpellier, retour en classe ce jeudi matin pour les enfants de l'école Germaine Richier. L'établissement était fermé officiellement à cause d'une invasion de puces. Mais 2 opérations de désinfection plus tard, les puces se sont avérées être en fait... des collemboles. Ce sont des arthropodes.

Par Fabrice Dubault


C'est vendredi dernier, que la responsable du ménage de l'école Germaine Richier à Montpellier a donné l'alerte.
A l'entrée de l'établissement scolaire, elle a découvert des centaines d'insectes sur le sol. Et au premier coup d'œil, elle a cru à une invasion de puces.

Après une première opération de désinfection vendredi après-midi, l'équipe enseignante a constaté mardi matin que les petites bestioles n'étaient en fait pas complètement éradiquées.
Du coup, un second nettoyage complet a été réalisé au rez-de-chaussée de l'école. Et là, les responsables se sont aperçus qu'il s'agissait de collemboles et non de puces.
 

Le collembole, ni insecte, ni araignée


Cette bête bien connue des jardiniers n'est pas un insecte mais un arthropode souvent sauteur qui durant des années a pourtant été placé dans la catégorie des insectes. Il n'a pas d'ailes, est inoffensif pour l'homme, mesure 2 à 3mm et se nourrit de champignons et de végétaux en décomposition.
Les collemboles peuplent les sols mais également des rochers, des troncs d'arbres et d'autres milieux en contact plus ou moins direct avec le sol. Il existe en Europe pas moins de 2.200 espèces de collemboles.

Dans ce quartier, il y a 8 mois, une autre école avait été la cible d'une attaque massive d'arthropodes. mais il s'agissait cette fois-là d'araignées.
 
Montpellier : ce ne sont pas des puces qui infestaient l'école Richier mais des collemboles
A Montpellier, retour en classe ce jeudi matin pour les enfants de l'école Germaine Richier. L'établissement était fermé officiellement à cause d'une invasion de puces. Mais 2 opérations de désinfection plus tard, les puces se sont avérées être en fait... des collemboles. Ce sont des arthropodes. - F3 LR

A lire aussi

Sur le même sujet

Aude : la future maternité unique de Narbonne sera-t-elle publique ou privée ?

Les + Lus