Montpellier : pour ou contre l'anticipation des soldes ?

Suite aux mouvements sociaux à répétition, certains commerçants n'ont pas fait les recettes escomptées en cette fin d'année. La confédération des commerçants indépendants demande donc au gouvernement d'avancer la date des soldes au deux janvier, au lieu du neuf janvier.   
Dans la conjoncture actuelle, avec les mouvements sociaux à répétition, beaucoup de commerçants subissent une perte conséquente de leur chiffre d'affaires. La confédération des commerçants indépendants demande d'avancer la date officielle des soldes au 2 janvier.
Dans la conjoncture actuelle, avec les mouvements sociaux à répétition, beaucoup de commerçants subissent une perte conséquente de leur chiffre d'affaires. La confédération des commerçants indépendants demande d'avancer la date officielle des soldes au 2 janvier. © J-M. Escafre / France 3 LR

Les fêtes de Noel viennent de s'achever. Sur les vitrines des commerçants fleurissent de nombreuses affiches proposant des rabais pouvant aller jusqu'à moins 60%. Pourtant, ce ne sont pas encore les soldes d'hiver, qui commencent légalement le 9 janvier. 

Pour de nombreux consommateurs, pas besoin d'attendre cette date pour bénéficier de remises...

Je pense que les soldes ont lieu toute l'année avec internet. Est-ce que les soldes veulent dire grand chose aujourd'hui ?
 

Une aubaine pour les consommateurs, une mauvaise idée pour les commerçants


Dans la conjoncture actuelle, avec les mouvements sociaux à répétition, beaucoup de commerçants subissent une perte conséquente de leur chiffre d'affaires. La confédération des commerçants indépendants demande d'avancer la date officielle des soldes au 2 janvier.

Si c'est une aubaine pour les consommateurs, les commerçants ont un avis moins positif. Pour certains, c'est même une mauvaise idée. C'est le cas d'Odette Daudé, Présidente de l'association des commerçants de l'écusson de Montpellier.

Je ne vois pas l'intérêt d'avancer les soldes d'une semaine. Les commerçants doivent préparer leurs soldes, leurs magasins, 9 jours ce n'est pas grand chose, après les fêtes. 

A quelques jours de la date réglementaire, le 9 janvier, une telle mesure paraît difficile à mettre en place.

Reportage de Luc Calmels, Jean-Michel Escafre et Virginie Portela-Rosa.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pouvoir d'achat consommation économie société