Montpellier : un Grand Bazar pour sauver le commerce du centre-ville plombé par les manifestations de Gilets Jaunes

L'édition 2019 du grand bazar d'octobre à Montpellier vise à redynamiser le commerce de centre-ville qui souffre des manifestations des gilets jaunes / © Benoît de Tugny, France 3 Occitanie
L'édition 2019 du grand bazar d'octobre à Montpellier vise à redynamiser le commerce de centre-ville qui souffre des manifestations des gilets jaunes / © Benoît de Tugny, France 3 Occitanie

A Montpellier, les commerçants du centre-ville espèrent que l'édition 2019 du Grand Bazar d'octobre, initié par la mairie et la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Hérault, redynamisera leur activité, plombée chaque samedi par les débordements des défilés de Gilets Jaunes.

Par Valérie Luxey

Pendant 5 jours, le Grand Bazar d'octobre, initié par la ville de Montpellier et la Chambre de Commerce et d'Industrie (CCI) de l'Hérault, a pour objectif de redorer le blason des commerces du centre, dont l'activité est affectée chaque samedi par les manifestations des Gilets Jaunes et les débordements qui les accompagnent. 


Compenser les pertes du samedi


C'est donc l'occasion pour les clients de faire de bonnes affaires en plein milieu de la semaine et en toute tranquilité. Et petit bonus : cette édition 2019 est prolongée jusqu'au dimanche 6 octobre. Une cliente rencontrée par nos reporters Luc Calmels et Benoît de Tugny acquiesce :
 

C'est forcément compliqué de faire les magasins quand il y a des manifestants à côté. Ce Grand Bazar laisse l'opportunité de venir quelques jours avant de façon plus sereine.


Des clients qui désertent l'Ecusson le week-end


Car tous les samedis, les clients désertent le centre et les boutiques baissent leur rideau, ce qui a un impact sur leurs recettes. Car ce jour-là peut représenter l'équivalent du chiffre d'affaires d'une semaine. Un samedi raté peut donc coûter très cher à de petits commerces, comme l'explique Nina Virely, commerçante :

Les gens ont peur, ils ne veulent plus venir en centre-ville, ils vont dans les centres commerciaux, sortent moins ou achètent sur Internet. 
 


400 commerces participants


400 commerçants et artisans participent à cette nouvelle édition du Grand Bazar, avec l'espoir de compenser le préjudice financier et de redynamiser le centre-ville.

A lire aussi

Sur le même sujet

Meurtre de Priscillia à Estagel : un jeune homme de 18 ans en garde à vue

Les + Lus