• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Montpellier : un inspecteur des impôts mis en examen pour contrebande, travail dissimulé et blanchiment

47 cartouches de cigarettes découvertes par la police chez l'inspecteur des impôts de Montpellier. / © F3LR
47 cartouches de cigarettes découvertes par la police chez l'inspecteur des impôts de Montpellier. / © F3LR

Il tenait avec son épouse un commerce quartier Figuerolles à Montpellier. Un inspecteur des impôts est mis en examen pour contrebande, travail dissimulé et blanchiment. A son domicile, et au domicile de son complice présumé, il détenait plus de 180 000 euros en liquide.

Par Sylvie BONNET avec Cybèle PLICHART

L'affaire a été révélée il y a quelques jours, mais le procureur de la République de Montpellier a donné lundi des détails sur cette histoire peu ordinaire du fait de la profession du suspect.


Le rappel des faits


L'homme et son épouse ont repris un commerce à Montpellier il y a quelques mois, quartier Figuerolles. Des paquets de cigarettes provenant d'Europe de l'Est y transitaient. 47 cartouches de tabac et pas moins de 918 bouteilles d'alcool ont été découvertes au domicile du couple. Les époux sont poursuivis pour contrebande  mais aussi pour blanchiment. Les perquisitions chez eux et chez un complice ont permis de trouver près de 180 000 euros en liquide.
 

3 motifs de poursuite


L'inspecteur des impôts a été mis en examen pour 3 motifs différents : Délits douaniers de contrebande sur le tabac et les alcools, délit de travail dissimulé et blanchiment de contrebande, de fraude fiscale et de travail dissimulé.

L'homme de 48 ans a été confondu grâce à une enquête du service régional de police judiciaire.  Une personnalité hors du commun, puisqu'il s'agit d'un inspecteur principal des impôts de l'Hérault. Il n'a pas utilisé ses fonctions pour commettre les délits qui lui sont reprochés mais la comptabilité et la fiscalité des commerces n'ont pas de secret pour lui.
 

Chacun le sait, explique Le procureur de la République de Montpellier, Christophe Barret, qu'il y a un grand principe en France, c'est celui de la personnalisation des peines. On tient compte de la personne et du contexte dans lequel l'infraction a été commise. Il va de soi que lorsqu'on a quelqu'un de particulièrement averti en la matière, ça n'a pas la même connotation, même si le délit est le même.
 

En professionnel averti, l'homme mis en examen ne nie pas les 180 000 euros découverts par la police mais affirme qu'il allait régulariser sa situation.
 

Il n'y a rien qui interdise de conserver des recettes chez soi, précise son avocat, Jean-Marc Darrigade. Pour autant, faut-il les déclarer en temps utiles. Mon client explique qu'il avait encore du temps pour régulariser sa situation, que l'exercice allait se clore en mars et que rien ne permet d'affirmer qu'il n'allait pas le faire.


Le fonctionnaire reconnaît qu'il y a pu y avoir de la contrebande à petite échelle, du travail dissimulé aussi, mais réfute les accusations de fraude fiscale. Son avocat doit plaider ce mercredi pour sa remise en liberté.

Reportage à Montpellier de Cybèle Plichart et Sylvie Bonnet
Un inspecteur des impôts de Montpellier mis en examen pour contrebande et blanchiment
Reportage à Montpellier de Cybèle Plichart et Sylvie Bonnet - F3LR

A lire aussi

Sur le même sujet

Nîmes : 6 gilets jaunes condamnés pour l'incendie du centre des impôts le 31 décembre

Les + Lus

Les + Partagés