• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Cosmétiques : faut-il privilégier le maquillage bio ?

Que contiennent nos cosmétiques ? De nombreux médecins et associations de consommateurs s'interrogent sur la nocivité éventuelle de certains produits chimiques qui entrent dans leur composition et recommandent l'usage du bio. / © Photo I.Bris / FTV
Que contiennent nos cosmétiques ? De nombreux médecins et associations de consommateurs s'interrogent sur la nocivité éventuelle de certains produits chimiques qui entrent dans leur composition et recommandent l'usage du bio. / © Photo I.Bris / FTV

Mes cosmétiques sont-ils dangereux pour ma santé ? Les scientifiques restent divisés sur le sujet. Dans le doute, à Montpellier, médecins et associations de consommateurs appellent les femmes enceintes et les ados à se méfier des produits de beauté chimiques et à préférer le bio.

Par Isabelle Bris

Comment savoir si ce qu'on applique sur son visage, ses yeux ou sa bouche tous les matins est mauvais ou pas pour notre santé ? 

Le consommateur a bien du mal à s’y retrouver, d'autant que les scientifiques ne sont pas unanimes sur la nocivité des produits chimiques contenus dans les cosmétiques.

Les perturbateurs endocriniens sont-ils une menace pour notre santé ? Ce sera l'une des deux thématiques - avec les pesticides et la disparition des abeilles - abordées dans Enquêtes de Région, ce mercredi 5 juin à 23h20 après le Soir 3.
 

Des perturbateurs endocriniens plein les tiroirs


Ce thème nous concerne tous car, du gel douche à la crème de jour en passant par le vernis à ongles ou encore la coloration pour cheveux, les produits chimiques sont légion dans nos salles de bains.

On en trouve également beaucoup dans les trousses de maquillage que les adolescentes utilisent au quotidien. Incontournables pour de nombreuses jeunes filles, fards, rouge à lèvres et fonds de teint peuvent contenir des perturbateurs endocriniens dangereux pour leur santé.   


Un médecin montpellierain alerte depuis 20 ans



Ce sujet préoccupe des médecins comme Charles Sultan : ce Montpelliérain, qui a longtemps dirigé le service d'endocrinologie pédiatrique du CHU de Montpellier, tire la sonnette d'alarme depuis des années.

Il accuse le bisphénol A, le distilbène et autre glyphosate de provoquer des malformations génitales comme les micro pénis, chez les nourrissons. 

Aujourd'hui, ce professeur va plus loin : il accuse les perturbateurs endocriniens, présents entre autre dans les cosmétiques, de causer des cancers chez les jeunes adultes :
 

Il y a une méta-analyse récemment publiée qui montre que les cosmétiques participent au dévelopement du cancer chez la femme jeune !


Charles Sultan a recemment créé un diplôme Inter Universitaire de médecine environnementale (Univ. Nice et Montpellier) où ces problématiques sont étudiées.
 

Des ados peu sensibles au danger ? 


Pourtant, rares sont les adolescentes qui regardent la composition de leur produits de beauté.

Celles que nous avons rencontrées au cours de nos reportages ont d'autres critères de sélection : c'est avant tout le prix et l'efficacité des produits qui les motivent leur choix.
 
 
Chez Caroline, à Lunel, depuis quelques temps, on surveille de près le contenu de tous les produits dans la maison :
 

C'est une prise de conscience, pour notre santé et celle de la planète.


"Maintenant, je fréquente beaucoup plus de magasins bio pour l'alimentaire, les cosmétiques alors qu'avant j'allais surtout en grande surface, c'était le plus pratique avec une famille" explique cette maman de trois enfants qui commence aussi à fabriquer ses produits ménagers elle-même.

 

Déchiffrer les étiquettes


Cette assistante maternelle se méfie aussi des listes d'ingrédients trop longues. Et pourtant dans la salle de bain, il y a encore des substances indésirables. Elle a accepté de nous ouvrir sa salle de bain et que l'on scanne avec elle l'un des derniers produits que ses filles ont voulu acheter : une petite bombe "végane" pour le bain.

L'application de l'association de consommateurs Que Choisir la qualifie de médiocre : elle contient des perturbateurs endocriniens, classés en risque modéré : 
 
 

Les femmes enceintes et cosmétiques, attention danger


Comme le tabac et l'alcool, certains médecins conseillent aux femmes enceintes de bannir de leur quotidien tout maquillage contennant des produits chimiques.

Dans le ventre de sa mère, le fœtus est très vulnérable à ces produits.

Les gynécologues le savent depuis longtemps mais aujourd'hui, certains d'entre eux, comme le docteur Thérèse Grecq, proposent à Montpellier des consultations spécifiques et conseille vivement de faire le tri dans les cosmétiques bien avant toute conception, pour désamorcer ces bombes à retardement.


Renoncer au maquillage pendant un an ?


Les futures mamans doivent-elles renoncer à tout maquillage pendant plus d'un an, avant et pendant la grossesse ?
Tout dépend en fait du contenu des cosmétiques. Il faut donc absolument lire les étiquettes de ses produits de beauté lorsqu'on attend un bébé.

 


Pour l'heure, aucune étude scientifique ne fait l'unanimité sur les dégâts causés par les perturbateurs endocriniens sur l'organisme.

Néanmoins, selon un rapport de synthèse du Sénat de 2017, pour les perturbateurs endocriniens :
 

C’est la période d’exposition qui fait le poison.


"Ainsi, les femmes enceintes et les jeunes enfants sont les personnes les plus vulnérables.  En outre, on observe dans certains cas que les perturbateurs endocriniens peuvent agir (...) avec des effets à faible dose plus importants qu’à dose élevée. L’effet cocktail lié à la présence de multiples substances dans l’environnement joue également un rôle important."


Le rapport explique aussi qu'il peut exister un temps de latence entre la perturbation endocrinienne et l’effet néfaste sur la santé qui peut même se manifester sur la descendance de la personne dont l’organisme a subi la perturbation endocrinienne.
 

Un couple sur 6 a du mal à avoir un enfant


Autre conséquence que dénonce le professeur Hamamah, du service biologie de la reproduction, au CHU de Montpellier : 

 

Aujourd'hui, un couple sur six a besoin d'une aide médicale pour faire un bébé !

 

C'est très inquiétant affirme ce spécialiste. Selon lui, ce phénomène serait lié aux innombrables produits chimiques présents dans l'environnement. Ce cocktail fragiliserait notre santé reproductive.

 

L'industrie des cosmétiques dans le déni ?


De son côté, l'industrie des cosmétiques n'aime guère aborder le sujet des perturbateurs endocriniens devant les caméras. La société Pierre Fabre, grand groupe pharmaceutique installé en Occitanie, a refusé de nous recevoir. 

Cette entreprise emploie des milliers de personnes en France comme dans le monde.  Bien qu'elle possède plusieurs marques de cosmétiques souvent bien notées par les applications qui décrytpent les étiquettes, sur  son site internet, la société prend la défense des produits chimiques utilisés pour fabriquer ses cométiques.

On peut y lire par exemple que des conservateurs comme les parabens seraient suspectés " à tort" d'être des perturbateurs endocriniens et que des substances controversées comme le  phénoxyéthanol  "conservateur efficace et très bien toléré [...]  est la cible de nombreuses accusations, souvent infondées et ne reposant sur aucune donnée scientifique solide".
 

Principe de précaution


A chacun de se faire son idée, si toutefois on a la patience de se plonger dans ces débats scientifiques des plus complexes.

En France, où les autorités sanitaires sont réputées vigilantes, il n'y pas encore de liste noire des perturbateurs endocriniens.
En attendant, dans le doute, on peut toujours appliquer le principe de précaution.


 

Sur le même sujet

Gard : pour les urgentistes d'Alès

Les + Lus