Montpellier : les poubelles débordent suite à une grève des éboueurs

En parallèle de la grève contre la réforme des retraites, un autre mouvement social agite Montpellier. Celui des éboueurs de la société Urbaser, l’un des prestataires de la Métropole de Montpellier pour la collecte des déchets, en grève depuis le 5 décembre.
 
Montpellier : les éboueurs de la société Urbaser en grève, des poubelles qui débordent
Montpellier : les éboueurs de la société Urbaser en grève, des poubelles qui débordent © Alexis Delacour
Dans plusieurs quartiers du nord de Montpellier, les déchets ménagers s’accumulent. Depuis 10 jours, les poubelles implosent, les cartons s'entassent sur les trottoirs. Autour, des sacs plastiques remplis de déchets qui s’accumulent faute de place pour les jeter. 
 

C’est compliqué pour marcher sur les trottoirs. Pour l’instant on ne voit que du carton mais plus tard ça sera peut-être autre chose, ça pourrait générer des rats, tout ce que vous voulez comme bêtes. - Une habitante du quartier du Millénaire-Gramont à Montpellier

Les éboueurs réclament des embauches 


La quasi-totalité du personnel du centre de collecte Urbaser à Montpellier a cessé son activité depuis le 5 décembre. Cette société est affectée par la Métropole au ramassage des ordures ménagères du nord de la collectivité. Ses salariés dénoncent un manque d’effectif et des conditions de travail dégradées. Ils réclament des embauches pour être à deux sur les plateformes. 
 
Montpellier : les poubelles débordent suite à une grève des éboueurs ©Alexis Delacour, Valérie Banabera, Lara Finkelmeyer
               

Le chauffeur de poids lourd doit déjà conduire son camion, il a assez de travail comme ça sur la voie publique. Quant à l’équipier de collecte, il faut qu’il soit capable d’alerter quand il y a un bac, un danger, quoi que ce soit, c’est compliqué d’être au four et au moulin, c’est difficile pour les équipes. - Henri Annex, représentant CGT du personnel à Urbaser Environnement


Autre demande des grévistes : une revalorisation de leur salaire. Sollicitée, la direction de l’entreprise n’a pas donné suite à nos demandes d’interview.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève économie social déchets ménagers environnement société