A Montpellier, près de 70 policiers municipaux dans la rue pour réclamer des meilleures conditions de travail

Les policiers municipaux en grève ce samedi - 16 février 2019 / © France 3 LR - C- Monteil
Les policiers municipaux en grève ce samedi - 16 février 2019 / © France 3 LR - C- Monteil

Ce samedi matin, près de 70 policiers municipaux se sont rassemblés à Montpellier pour demander une revalorisation de leur prime et dénoncer la vétusté de certains locaux.  
 

Par Joane Mériot

Près de 70 policiers municipaux se sont rassemblés ce samedi 16 février au matin devant les anciens locaux de la mairie de Monpellier. Ils veulent se mettre en grève pendant 4 samedis à compter de ce jour pour obtenir gain de cause :


La grève d’aujourd’hui est le résultat de tout un processus de discussion, de négociations, de rencontres, et qui aboutit à un mécontentement de policiers puisque nous n’avons pas eu de réponses à nos demandes, nous explique l’un d’eux.


Les principales demandes de ces policiers municipaux se résument en trois points.
 

Revalorisation de la prime 


La première revendication concerne la revalorisation de l’indice de l’indemnité administrative de technicité :

Actuellement il y a une échelle qui va de 1 à 8 concernant ces primes, explique Eric Duranteau, aujourd’hui les policiers qui vont sur le terrain ont un indice 4, nous ce que l’on veut en tant que policiers municipaux c’est passer tous à 8, cela représente environ 150 euros de plus par agent par mois.


En gros, ce que veulent les policiers municipaux c’est un alignement de cette prime pour tous les agents de police, aujourd’hui certains comme les agents de nuit sont à huit alors que les agents municipaux ne sont qu’à 4.
 

Pas formés pour certaines missions


Selon Romain Blanes, délégué du personnel à la CGT, depuis la mise en place de la PSQ (Police de sécurité du quotidien), les policiers municipaux sont trop souvent associés à des missions communes avec les policiers nationaux, et assument des missions qu’ils ne sont pas de leur ressort comme le maintien de l’ordre lors de la manifestation des gilets jaunes ou encore les contrôles d’identité.
 

Vétusté des locaux 


Le troisième point, nous dit Romain Blanes, concerne la vétusté de certains locaux, comme celui situé dans la tour de l’ancien hôtel de ville, au bout de la place de la Comédie, sur le site mitoyen du Polygone.
Pour cette dernière revendication des travaux sont prévus pour le 1er semestre de 2019.


Poursuite de la grève


Pour l’instant la grève est poursuivie pour les trois prochains samedi, car les policiers municipaux n’ont pas obtenu satisfaction concernant le premier et principal point de leurs revendications, la revalorisation de leur salaire.  
 

Sur le même sujet

Les + Lus