• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Montpellier : réactions à la fac de médecine après l'annonce de la fin du numerus clausus

Montpellier - une salle de cours de la fac de médecine - septembre 2018. / © F3 LR
Montpellier - une salle de cours de la fac de médecine - septembre 2018. / © F3 LR

Emmanuel Macron a acté la fin du numerus clausus, qui restreint le nombre de places en 2ème année d'études de médecine. Comment cette annonce est-elle perçue dans la plus vieille faculté d'Europe en activité, celle de Montpellier ? La mesure concerne 3.000 étudiants de 1ère année.

Par Fabrice Dubault


Ce mardi matin, c'est cours magistral de biologie pour les élèves de première année en médecine et au programme une masse de travail colossale.
A la faculté de Montpellier-Nîmes, ils sont 3.000 inscrits mais seulement 240 seront admis en 2ème année. Alors quand le gouvernement propose d'ouvrir les vannes du numerus clausus, les avis des étudiants sont partagé.
 

La sélection actuelle est très ingrate. On est 3.000 et seuls 240 passeront en 2e année. Il faut 15 de moyenne mais ceux qui ont 14 on va pas me faire croire qu'il ne peut pas être médecin" confirme Laurent.
La fin du numerus clausus nous permet de collaborer avec d'autres étudiants. Là, on travaille peu ensemble car on est adversaires" explique Yann.
Ca fera moins de stress pour les étudiants de 1ère année. A l'avenir, il y aura d'autres problèmes par rapport au nombre de médecins, à la compétence, à l'expérience... " déplore Joanne.


Le gouvernement souhaite aussi supprimer le questionnaire à choix multiples, ce concours couperet de fin de première année qui repose sur les seules capacités de mémorisation des candidats.

Les examens seront toujours sélectifs mais pourraient prendre la forme d'un contrôle continu. Reste que les facultés de médecine ne pourront sans doute pas empêcher une autre forme de sélection car leur capacité d'accueil resteront toujours limitées.
 
Montpellier : réactions à la fac de médecine après l'annonce de la fin du numerus clausus
Emmanuel Macron a acté la fin du numerus clausus, qui restreint le nombre de places en 2ème année d'études de médecine. Comment cette annonce est-elle perçue dans la plus vieille faculté d'Europe en activité, celle de Montpellier ? La mesure concerne 3.000 étudiants de 1ère année. - F3 LR - Reportage : D.Aldebert et F.Detranchant

 

Sur le même sujet

le MHB enfin victorieux en ligue des champions

Les + Lus