Montpellier : l'ex-adjointe à l'urbanisme jugée pour prise illégale d'intérêt

Stéphanie Jannin, candidat LREM à Montpellier est poursuivie pour prise illégale d'intérêt. / © PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE/MAXPPP
Stéphanie Jannin, candidat LREM à Montpellier est poursuivie pour prise illégale d'intérêt. / © PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE/MAXPPP

L'ex-adjointe à l'urbanisme de la ville de Montpellier et 3ème vice-présidente de la Métropole, Stéphanie Jannin, est jugée ce lundi par le tribunal correctionnel de Montpellier pour prise illégale d'intérêt.

Par Olivier Le Creurer

La justice reproche à Stéphanie Jannin d'avoir participé au vote d'un avenant à un marché obtenu par la société RKNL, dont elle été la salariée avant de devenir élue municipal. "Nous estimons qu'un lien juridique entre madame Jannin et l'association existe", avait expliqué en juin Christophe Barret, le procureur de la République de Montpellier.



Il est également reproché à Stéphanie Jannin le vote d'une délibération à la Maison de l'Architecture, que son compagnon a présidée de 2013 à 2016. L'élue est donc jugée ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Montpllier pour prise illégale d'intérêt, et à son compagnon pour recel de prise illégale d'intérêt.

Deux jours avant le 1er tour des législatives


Sa convocation lui avait été notifiée deux jours avant le 1er tour des élections législatives alors qu'elle était candidate LREM dans la 2ème circonscription de l'Hérault. Elle avait finalement été battue au second tour par Muriel Ressiguier (France insoumise). 

Adjointe a l'urbanisme, Stéphanie Jannin a demandé au maire de Montpellier, Philippe Saurel, de la suspendre temporairement de ses délégations pour mieux se défendre. La prise illégale d’intérêt est punie de 5 ans de prison et 375.000 euros d’amende.

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Brassage d'une bière artisanale à Graulhet (81)

Près de chez vous

Les + Lus