• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Montpellier : suicide d'un policier avec son arme de service

illustration / © Christophe SIMON / AFP
illustration / © Christophe SIMON / AFP

Un capitaine de police de la sûreté départementale, une femme d'une quarantaine d'années s'est suicidée avec son arme de service à Montpellier. Il s'agit du 3ème suicide d'un policier dans la région en quelques jours. 

Par Olivier Le Creurer

Le corps d'une femme, capitaine de police, âgée d'une cinquantaine d'années et mère de deux enfants de 6 et 11 ans, a été découvert dans son bureau de la sûreté départementale à Montpellier. Elle se serait suicidée avec son arme de service. Personne n'aurait entendu de détonation. 

"Elle rejoint une liste toujours plus longue. La police qui perd encore une personne de grande valeur," indique le Syndicat des Cadres de la Sécurité Intérieure. Officiers et Commissaires de Police (CFDT).

"Elle a été découverte par ses collégues de travail. C'est beaucoup d'émotion. C'était un capitaine de police très apprécié," explique Bruno Bartocetti, secrétaire zonal sud Unité SGP-Police-FO.

Un policier se suicide tous les trois jours depuis le début de l'année en France


"La pression est énorme depuis quelques mois dans nos rangs. Il y a une surcharge terrible entre les attentats terroristes et les gilets jaunes. Un policier se suicide tous les trois jours depuis le début de l'année en France. On a peur d'atteindre de tristes records. On attend beaucoup de notre ministère. Il faut mettre en place une médecine de prévention adaptée. Dans l'Hérault, nous avons un médecin pour 1500 personnes."
 

 

3ème suicide en quelques jours dans la région


Il s'agit du 3ème suicide d'un policier dans la région en quelques jours. Un brigadier chef principal de la police municipale de Béziers, dans l'Hérault, avait mis fin à ses jours dans la nuit de lundi à mardi. Le drame s'est déroulé vers minuit, dans les locaux du service. Ce père de famille avait 52 ans. La victime, qui travaillait depuis cinq ans à Béziers, s'est tiré une balle dans la tête.

Début avril, c'est un policier alésien de 49 ans qui s'est suicidé dans le Gard. C'est l'un de ses proches qui l'avait retrouvé pendu à un arbre dimanche 7 avril près de Dions, lors d'une battue organisée avec 150 volontaires. Le parquet de Nîmes a confirmé le suicide de ce policier qui travaillait à  la brigade anticriminalité du commissariat d’Alès.
 

 

27 policiers nationaux se sont suicidés cette année en France

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a estimé vendredi dernier que les suicides dans la police n’étaient pas une "fatalité" en promettant de mettre "les bouchées doubles" pour lutter contre ce fléau persistant dans l’institution. 35 policiers et 33 gendarmes se sont suicidés en 2018. Déjà 27 policiers nationaux se sont suicidés cette année en France. 



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Montpellier : les commerçants de la ZAC de Pérols exaspérés par la présence de caravanes

Les + Lus