• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Montpellier : Totem mobi suspend son service de voitures électriques en libre-service

Notre journaliste a testé pour vous la nouvelle voiture électrique Totem-mobi, en circulation à Montpellier depuis début juillet. / © F3 LR
Notre journaliste a testé pour vous la nouvelle voiture électrique Totem-mobi, en circulation à Montpellier depuis début juillet. / © F3 LR

Débarqué à Montpellier, il y a à peine un an, le service Totem mobi sera suspendu le 26 juin prochain à minuit. C'est ce qu'annonce l'entreprise de location de voitures électriques urbaines en libre-service. Elle invoque à mots couverts le manque d'engagement de la Métropole de Montpellier.

Par Fabrice Dubault


Les 30 voitures Twizy de Totem mobi ne circuleront donc bientôt plus en ville à Montpellier. Le service de location de voitures électriques urbaines en libre-service avec stationnement libre et gratuit sera suspendu le 26 juin à minuit.

Un an après son arrivée à Montpellier, l'entreprise basée à Marseille jette l'éponge.
Dans un mail envoyé aux abonnés, Totem explique ce départ en termes polis, par le manque d'engagement des collectivités locales et notamment de la métropole de Montpellier.
 

Pour pérenniser le service et assurer son développement nous espérions avoir le soutien de la Métropole, ce qui pour des raisons indépendantes de notre volonté, n'a pu se faire.


L'entreprise parle ensuite "d'adhésion immédiate" des usagers à son système de location en libre-service, via le smartphone, et d'un "nombre croissant d'utilisateurs", sans pour autant donner le moindre chiffre.

Totem précise enfin que les abonnés qui ont un solde de recharge positif sur leur abonnement peuvent l'utiliser à Marseille et dans toutes les villes où la société opère ce service.
 

La Métropole répond aux "accusations"


Du côté de la métropole de Montpellier, Jean-Pierre Ricco, adjoint délégué à la mobilité, dit avoir déjà fait beaucoup pour l'installation de Totem mobi.
L'entreprise a bénéficié pour sa première année d'exploitation d'une non-facturation de l'occupation du domaine public, autant dire un an gratuit. Et ensuite, Montpelllier 3M demandait 30 euros par véhicule et par an de participation, contre une facturation de 150 euros en moyenne, normalement.

Mais les exigences de Totem mobi porteraient sur d'autres engagements. Notamment, une campagne de publicité évaluée entre 30.000€ et 60.000 euros, impossible à faire pour la collectivité sans un appel d'offre ou encore l'adhésion de la métropole à une coopérative pour une facture comprise autour de 100.000 euros minimum.
De plus, l'entreprise marseillaise demande des tarifs préférentiels de flotte au consortium REVEO qui gère les bornes de recharges électriques dans la métropole. Une négociation qui n'aurait pas abouti.

Montpellier 3M déplore la fin du service et précise qu'elle est ouverte à toutes les formes de mobilité douce mais qu'elle n'a pas vocation à financer une société privée déficitaire.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

L'administration pénitentiaire veut recruter : à quoi ressemble le quotidien d'un gardien de prison à Carcassonne ?

Les + Lus