Occitanie : après le confinement, les pompiers, éboueurs et facteurs peuvent enfin récupérer leurs étrennes

Dans l'Hérault, la distribution des calendriers des pompiers, des facteurs et des éboueurs a repris depuis le 15 décembre tout en respectant les horaires du couvre-feu. Mais à qui vont les bénéfices de la vente des calendriers, d'où vient cette tradition des étrennes ? On vous explique. 

La distribution des calendriers permet de financer les œuvres sociales de l'amicale des sapeurs-pompiers de chaque caserne.
La distribution des calendriers permet de financer les œuvres sociales de l'amicale des sapeurs-pompiers de chaque caserne. © Serge HAOUZI/MaxPPP

Chaque année c’est la tradition, les pompiers, les facteurs ou encore les éboueurs viennent sonner chez vous pour vous distribuer leur fameux calendrier et récupérer leurs étrennes. Des dons allant de 5 à 20 euros en moyenne. Mais cette année, la pandémie de covid-19 a bousculé le calendrier.

En effet, un temps suspendu à cause du confinement, la distribution des calendriers de fin d’année en porte à porte a repris le 15 décembre dernier en dehors des horaires du couvre-feu.

 

Une tradition différente selon les métiers 

Pour les soldats du feu de l'Hérault, c’est un soulagement, car avec l’argent recolté ils se constituent une cagnotte qui leur sert pour améliorer leur quotidien : "Pour nous, ça représente plusieurs milliers d’euros et ça nous sert tous les jours, à payer les abonnements TV, à la wifi, aux journaux aussi. On organise aussi le Noël des enfants des pompiers, le bal annuel", nous explique Thibaut Niel, membre du bureau de l’amicale des pompiers du grand montpelliérain.

Pour eux, la distribution qui s’étale habituellement de mi-novembre à mi-janvier devrait durer jusqu’au mois de février : "généralement on passe le soir, entre 18h et 19h30 pour respecter les règles du couvre-feu, et le week-end on peut passer en journée" ajoute Thibaut.

Ils avertissent : ce sont les amicales des pompiers qui s’occupent de vendre ces calendriers, et si vous avez un doute, vous pouvez toujours demander une carte à ces pompiers qui vous prouvent qu’ils font bien partie de l’association.

SOUVENIRS Pour le 20ème anniversaire de sa mort, l’Amicale des Sapeurs-Pompiers de Montpellier a choisi d’illustrer la...

Publiée par Sapeurs-Pompiers de l'Hérault - SDIS 34 sur Dimanche 25 octobre 2020

 

En Occitanie, à la Poste, c’est différent. Ce sont les facteurs qui prennent la distribution des calendriers en charge. Ils achètent les calendriers, et s’occupent de les revendre : "La gestion de ces calendriers se fait de manière autonome par les facteurs", nous confie Guillaume Mancera, en charge de la communication à La Poste.

C’est donc eux qui récupèrent les bénéfices de la vente, pour certains cela représente l’équivalent d’un 13ème mois non imposable.

Les éboueurs eux se réunissent en équipage et passent dans leur secteur. Ils vendent leurs calendriers et se répartissent les bénéfices entre eux.

Une tradition vieille de 2000 ans

Cette tradition des étrennes est vieille de plus de 2000 ans. Elle vient des Romains, mais surtout de Tatius, le roi des Sabins. Chaque premier de l’an pour remercier ce roi très apprécié, le peuple allait lui couper des branches de verveine dans un bois consacré à une divinité Strena, déesse de la santé et de la force. Le mot étrenne vient donc de la déesse Strena.

Petit à petit cette tradition s’est transformée, et les Romains offraient des dattes, des figues ou encore du miel, des douceurs qui selon la tradition ont des valeurs de présage. Puis petit à petit, ces sucreries sont remplacées par des dons plus importants : des pièces de monnaie ou des médailles d’argent.

Plus tard, considérant cette tradition comme païenne, l’église décide de l’interdire.

Mais aujourd’hui la tradition perdure encore et il est courant de donner des étrennes à son facteur, son concierge, et aux pompiers pour les remercier de leur travail.  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers faits divers économie finances tradition culture histoire