Occitanie : essais gratuits, aides financières, le vélo à assistance électrique a le vent en poupe

Troquer sa voiture contre un vélo à assistance électrique, en Occitanie, nombreux sont les habitants à franchir le cap. Si ce moyen de transport présente des avantages, il représente également un budget conséquent. Pour convaincre les potentiels usagers, plusieurs aides financières existent.

Illustration d'un vélo à assistance électrique.
Illustration d'un vélo à assistance électrique. © Pierre Rousseau/BELPRESS/MAXPPP

"Je souffre beaucoup moins dans la montée !" s’amuse Marie Le Scornet, une habitant de Cazilhac, dans l’Hérault. Si cette Cazilhacoise a le sourire, c’est parce qu’elle bénéficie, gratuitement et pendant une semaine, d’un vélo à assistance électrique.

Ça me permet de faire plein de trajets, de petites courses et de grandes balades en famille, en toute détente.

Ce vélo à assistance électrique lui a été prêté par la communauté de communes Cévennes Gangeoises et Suménoises. "C’est un véritable succès", confie Matthieu Bartosik, chargé de mission mobilité et transport.

Nous disposons de 15 vélos à assistance électrique. Les réservations sont nombreuses et encore possibles puisque l’opération aura lieu jusqu’au 3 juillet.

Pour pouvoir en emprunter un, il faut respecter deux conditions. "Il faut être majeur et fournir un justificatif de domicile qui prouve que vous habitez dans l’une des 13 communes de l’intercommunalité" précise Matthieu Bartosik.

Plusieurs autres communautés de communes participent à cette initiative : celle du Grand Orb, des Avants Monts, la Domitienne, du Grand Pic Saint-Loup et du Clermontais, qui sont en partenariat avec le Département de l’Hérault. Ce dernier leur prête une dizaine de vélos pendant 1 mois, à tour de rôle. L'opération avait déjà eu lieu en 2019 et avait rencontré un réel succès, comme à Avant-Monts, près de Béziers, dans l'Hérault.

Selon Florence Baldit, chargée de communication, cette opération "concrète" permet aux habitants "de dépasser leurs craintes et d’essayer ce mode transport qui préserve l’environnement".

Le vélo électrique présente beaucoup d’avantages mais coûte encore cher et génère beaucoup de questions.

Un frein : le coût

En effet, pour un vélo à assistance électrique, il faut compter au moins 1200 euros.

C’est un budget conséquent et c’est la seule chose qui m’empêche d’en acheter un.

Marie Le Scornet, habitante de Cazilhac, dans l’Hérault

 

 Des aides existent, qu’elles soient nationales, régionales ou départementales.

Les aides du Département et de la Région

Les départements proposent des aides à l’achat de vélos à assistance électrique. Dans l’Hérault, par exemple, existe "le chèque Hérault Vélo", d’une valeur de "250 euros pour les particuliers aux revenus modestes, inférieurs à 27 086 euros) et à 200 euros pour les salariés des entreprises ayant adopté un plan de mobilité ou des mesures en ce sens" affirme le Département.

Cette aide est cumulable avec celles de la Région et, éventuellement, de l’Etat.

En effet, la Région Occitanie elle aussi met en place un système d’aide financière, sur la présentation d’une facture, afin d’inciter les habitants à acquérir un vélo à assistance électrique. Une aide de 100 euros, accessible sous certaines conditions mentionnées sur le site de la Région :

Cela signifie que les usagers peuvent bénéficier d’une aide de 350 euros, selon leur situation, "ainsi qu’une aide supplémentaire de 50 euros pour l’achat d’un siège ou d’une cariole pour enfant" ajoute Florence Baldit, chargée de communication du Département de l’Hérault.

Soit 400 euros au total. Mais dans ce cas-là, impossible de prétendre à une aide de l’Etat. Le montant des deux aides cumulées (de la collectivité et de l’Etat) ne peut être supérieur à 200 euros ou supérieur à 20% du coût d’acquisition.

Parallèlement, si vous n’obtenez aucune aide de la collectivité locale, alors vous ne pourrez pas prétendre à une aide de la part de l’Etat.

Qu’en pensent les professionnels ?

Depuis la fin du confinement, Audrey Balmefrezol, gérante d’un commerce spécialisé en vélo à assistance électrique, constate un réel engouement de la part des Montpelliérains.

Certains angoissent de reprendre les transports en commun.

Pourtant, aucun de ses clients n’a bénéficié d’aide financière. "Nos prix de départ sont à 2000 euros. On ne choisit pas un vélo par rapport à son budget, sinon c’est la déception assurée".

Ces aides, c’est une super idée mais c’est incohérent. Quelqu’un qui n’est pas imposable ne peut pas se permettre d’acquérir un vélo à ce prix, même avec des aides !

Chez Stéphane Hidé, un autre professionnel du département, le constat n’est pas le même. Ses vélos à assistance électrique sont à partir de 1200 euros.

Ici, un client sur deux bénéficie d’aides financières !

"Je ne me suis pas encore renseignée sur le sujet" confie Marie Le Scornet. Quand on lui demande si une aide de 400 euros serait suffisante, la réponse est claire :

Non. Ce ne serait pas suffisant pour moi, en tous les cas, pas dans l’immédiat.

Sachant que le prix moyen d’un vélo à assistance électrique avoisine en moyenne les 1500 euros, il reste difficile pour certains foyers de franchir le cap.

Le Département de l’Hérault a annoncé, dans le cadre de son Plan Vélo, créer 350 kilomètres de nouvelles voies cyclables d’ici 2024. Peut-être que d’ici là, les Héraultais pourront en profiter en pédalant… sans le moindre effort.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement vélo économie transports mobilité finances région occitanie politique fusion des régions réforme territoriale