L'Ocean Viking porte secours à 215 personnes en trois jours en mer Méditerranée

L'Ocean Viking se dirige à présent vers les côtes maltaises en attendant de pouvoir accoster dans un port sûr / © Alessandro SERRANO / AFP
L'Ocean Viking se dirige à présent vers les côtes maltaises en attendant de pouvoir accoster dans un port sûr / © Alessandro SERRANO / AFP

Le navire humanitaire Ocean Viking a sauvé 215 personnes de la noyade depuis le mardi 19 novembre. SOS Méditerranée tire la sonnette d'alarme et exige une meilleure coordination des sauvetages dans la région, explique Jean-Pierre Lacan, porte-parole de l'antenne dans l'Hérault.
 

Par Emma Derome

L'Ocean Viking a secouru 90 personnes en Méditerranée, ce jeudi 21 novembre. Le navire humanitaire en est à son troisième sauvetage en trois jours, après avoir porté secours à 94 rescapés, mardi, puis à 30 autres personnes mercredi, au large des eaux libyennes. En tout, 215 personnes ont été sauvées.

Le canot en détresse retrouvé au bout de 24h de recherches

Ce jeudi, le canot pneumatique en détresse a pu être finalement repéré à la jumelle au bout de 24 longues heures de recherches. Un sauvetage in extremis. L'association SOS Méditerranée, qui affrète l'Ocean Viking avec Médecins sans Frontières, déplore une coordination déplorable des sauvetages dans la région, gérée par les autorités libyennes depuis plus d'un an. 
 

"Au regard de ce sauvetage-là et de tous ceux qui l'ont précédé, on se rend bien compte que la situation est loin d'être satisfaisante, commente Jean-Pierre Lacan, porte-parole de l'antenne SOS Méditerranée de l'Hérault, l'une des trois plus grosses antennes de l'association en France.

La coordination des sauvetages ne fonctionne pas bien ; il n'y a aucun relais des appels de détresse, nous ne sommes jamais prévenus par les autorités libyennes... C'est très difficile de travailler dans ces conditions et surtout c'est très dangereux pour la vie des gens.
- Jean-Pierre Lacan

En effet, les navires humanitaires qui portent secours aux migrants en mer ne peuvent compter aujourd'hui que sur la solidarité entre ONG. Ce jeudi, c'est Alarm Phone, une ONG qui relaye les appels de détresse, qui a donné l'alerte, malheureusement avec un rayonnement trop peu précis pour localiser de suite l'embarcation.

"Avant le 27 juin 2018, date à laquelle la coordination des sauvetages en mer dans cette région a été déléguée à la Libye, c'était le MRCC (maritime rescue coordination center) de Rome qui s'en chargeait, rappelle Jean-Pierre Lacan. Ça se passait beaucoup mieux, il y avait un certain respect des procédures. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas."

"La situation est pire qu'elle ne l'a jamais été"

Le coordinateur des opérations à bord de l'Ocean Viking, Nicholas Romaniuk, a poussé un cri d'alarme ce vendredi, en déclarant que d'après son expérience, "la situation actuelle en Méditerranée centrale est pire qu'elle ne l'a jamais été ces dernières années".

Il semble y avoir un mépris total pour les personnes fuyant la Libye par bateau et qui risquent ainsi de perdre la vie.
- Nicholas Romaniuk, coordinateur des opérations à bord de l'Ocean Viking

À son bord, une femme enceinte de huit mois de jumeaux devrait être évacuée sous peu à l'hôpital le plus proche. Il y aurait également sur l'Ocean Viking quatre autres femmes enceintes et six jeunes enfants, dont certains ont moins de cinq ans.
 


L'Ocean Viking fait à présent route vers le Nord, et a d'ores et déjà demandé à Malte et à l'Italie d'indiquer un port sûr pour pouvoir débarquer ces personnes vulnérables. ​​​Les autorités libyennes avaient dans un premier temps indiqué Tripoli comme port sûr, "mais aucun port en Libye n'est considéré comme sûr selon le droit international", précise Jean-Pierre Lacan.


Plus de 600 personnes découvertes en moins de 48 heures

L'Ocean Viking patrouille les eaux internationales depuis le 13 novembre. Après avoir essuyé une semaine de mauvais temps, l'accalmie est revenue en Méditerranée en début de semaine, ce qui signifie également une période de départ pour les migrants voulant fuir la Libye.

Ce vendredi, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a fait part de son inquiétude dans un communiqué face "aux derniers développements en Libye où, en l'espace de 48 heures, au moins neuf bateaux transportant plus de 600 migrants ont été découverts sur la route méditerranéenne centrale", rapporte l'AFP.

Un pré-accord pour accélérer le débarquement des migrants et éviter ainsi l’errance des bateaux de secours avait été trouvé le mois dernier entre la France, l’Allemagne, l’Italie et Malte. Mais ce pseudo mécanisme de débarquement solidaire avait peiné à montrer son efficacité en octobre dernier. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus